Home » Reconnaître » Se désencombrer

En réalité: Chacun-e perçoit le monde - et le crée! - de manière singulière, unique, à partir d'un point, une singularité qui déchiffre, filtre ou encode nos perceptions sensorielles, attire, repousse ou crée notre réalité en interaction avec l'environnement, la mémoire de l'espace-temps ou celle de l'inconscient collectif terrestre. Tout est donc relatif et subjectif! Tout est affaire d'interprétation et d'expériences. Personne ne saurait ici détenir la vérité: elle est comme cette immense volière tombée à terre dont chacun-e détiendrait un morceau.

Dès lors, c'est à chacun-e d'exprimer et de vivre sa création, sa vérité toute relative! Mon ambition sera ici de partager des trouvailles,  de donner à penser en fonction de ce qui me parle, m'interpelle ou me stupéfie! Il me semble essentiel d'aller explorer différemment ce Génie intérieur et extérieur encore trop ignoré, de l'aborder certes avec rigueur mais aussi avec un regard neuf. D'assouplir ainsi nos vérités toutes faites. D'ouvrir nos horizons. Peut-être alors le monde pourra-t-il changer en devenant plus spirituel.

Que faudrait-il pour cela? D'abord reconnaître ce qui est! 

Comme l'expliquait fort bien feu Maurice Bellet il y a opposition entre l'amour qui aime et le non-amour centré sur l'avidité du Seul !

Ainsi, quand l'amour est blessé, il risque en sa déchirure, toutes sortes de démesures inhumaines : le silence, la rage, le froid, la jalousie, la culpabilité ou la honte, mais il devient surtout haine conjuguée en logiques infernales car la haine est l'amour lui-même devenu impossible qui se mue en destruction, en se déchirant du dedans en une tristesse sans fond ou en ressentiment effrayant.

Doit être combattu « ce qui conduit à tristesse, dureté, égarement, repli sur soi, ou prétention, revendication, ressentiment, ou compulsion, frénésie, débordement stérile ; ou encore, et par-dessus tout, à désespoir, glissement en bas, destruction — cela est dans l'opposé de l'amour. Ce qui, au contraire, est pacifiant, confortant, ce qui délie de l'âpreté et du ressentiment, ce qui donne de donner, ce qui ouvre chemin, même malaisé, même apparemment injustifiable, même hors des logiques reçues, cela est déjà du côté de l'amour — même si cela ne laisse point en repos, appelle à plus loin, exige dépassement » In L’Explosion de la religion, Bayard 2014.

 

Il faut donc apprendre à quitter l'avidité centrée sur le Seul et son ego!

Il va donc falloir réinventer le lien avec l'Univers.

Depuis notre plus tendre enfance, nous sommes en réalité des mendiants d'amour: nous quémandons de l'affection, de la reconnaissance, du respect, de la considération, du soin, de l'attention, des câlins; nous souhaitons compter pour les personnes de notre entourage, du moins pour celles qui ont de l'importance à nos yeux; nous désirons être et avoir ce qu'elles ont d'important - c'est le désir mimétique -, parfois nous les jalousons, d'autres fois la convoitise nous pousse à rivaliser avec elles pour obtenir ce qui nous manque.

Cette quête d'amour est une quête de reconnaissance destinée à combler notre peur de la solitude ou nos délires de toute-puissance. Elle est sans fin si nous ne parvenosn pas à prendre de la hauteur: à réaliser quelle est notre véritable place dans l'Univers. Est-il comme aiment à le croire les déterministes cette machine à combiner les possibles en fonction des lois, du hasard et des combinaisons improbables? Y avons-nous seulement une place? Ou sommes-nous comme toute chose voués à disparaître?

Nous affirmons et pensons que l'Univers est VIVANT

Il va être ainsi établi: - Que l'Univers malgré ses 100 à 200 milliards de galaxies est constitué de 99,99999% d'espace!
- Que cet espace appelé à tort le vide quantique est en réalité plein d'énergie.
- Tout y est VIE : Vibration, Information, Energie.

Cette Matrice est à l'origine de tout, du big bang aussi qui ne fut évidemment pas une explosion car elle aurait atteint de telles températures que le refroidissement aurait pris beaucoup plus de temps en empêchant alors la formation que nous connaissons de la matière.

Il y a donc une Matrice-Dieu-Esprit intelligent et Conscient. Qu'est-ce qui nous le prouve? Surtout l'impossibilité que le hasard soit le maître d'oeuvre: il est au contraire contesté à travers nombres de faits devenus tout à fait improbables !

(CF. tout le menu à revoir)

Nous savons désormais que tout est issu de ce vide, de cette Matrice et que tout y revient.

L'Univers est ainsi vivant et CONSCIENT: et cela change absolument tout! C'est indéniablement une (r)évolution conceptuelle.

Tout est dans l'espace sous formes d'information, d'ondes en vibration, de matière ou d'énergie. Et tout est interconnecté, relié en chaque point holographique à la mémoire de l'espace-temps partout dans tout l'Univers. C'est notre Conscience cosmique - qui n'est pas le produit de notre cerveau - qui fait le lien entre chacun-e et cette mémoire vive. C'est en et à travers elle que s'expliquent des phénomènes étranges comme les sorties de corps, les états modifiés de conscience, les expériences de mort imminente, la télépathie, l'art des devins ou plus largement les intuitions, prémonitions, inspirations, heureux hasards, coïncidences et synchronicités.

L'Univers est vivant et conscient: nous en sommes une émanation! Nous y sommes reliés en permanence: sans son apport constant notre corps et notre esprit ne pourraient fonctionner.

Quand les Plancks oscillent, la danse électromagnétique crée des géométries sacrées, ils se triangulent, une géométrie va vers l'intérieur une autre vers l'intérieur comme un battement de cœur. C'est comme ça que nous parlons à l'univers à travers tous nos protons. Nous sommes connectés via la matière, l'information. Quand nous méditons, nous allons vers l'information qui est toujours accessible; même nos mouvements en font partie: le champ nous reconstitue en fonction de l'information nécessaire.

Si l'Univers en VIVANT alors nous sommes en lien permanent avec lui: il ne peut en être autrement car sans lui nous ne serions pas: Tout simplement!

Nous pouvons certes ne pas le savoir, l'ignorer, le refuser obstinément: notre corps est bien obligé de puiser en LUI tout ce dont il a besoin: l'information, l'énergie et la matière indispensable à sa survie.

En réalité, tout est l'Univers sous des formes diverses. Chacun-e l'est de manière unique et nul ne peut en être séparé!

Ainsi, il est urgent de se désencombrer de la vision déterministe des sciences modernes. De retrouver au contraire un émerveillement d'enfant...

Réaliser en notre corps et en notre corps que:

L'équilibrage, l'harmonie vibratoire va devoir se faire au niveau instinctif - qui permet une autonomie -, au niveau émotionnel - qui autorise une reconnaissance - , et au niveau mental - qui permet la sécurité.

LA RELATION JUSTE À « DIEU » C’EST LE DEVENIR, bien que je le sois de toute façon, c’est lorsque cette inconscience devient conscience que l’unité est réalisée. On peut évoquer ici les trois principaux aspects de cette individualisation des attributs divins :

être le créateur conscient et volontaire de son univers, l’aimer pleinement, et lui être toujours présent.

Ainsi, nous vivons en permanence une confrontation inévitable avec Dieu, le devenir sous la forme d'un BUT en soi, d'un Absolu, d'un équilibre, d'une harmonie vibratoire, une sorte de Souverain Bien qui nous questionne, se profile: nous pouvons y consentir, le refuser, l'ignorer mais certainement pas le corrompre! 

Nous vivrons en quelque sorte sous la grâce de ce BUT mais dans la tension de l'Absolu qu'il vaut mieux apprendre à canaliser sous peine de partir en vrille dans des burn out, des dépressions, des délires paranoïaques ou schizoïdes, des addictions et autres TOC.

On peut voir dans l'ennéagramme 9 façons de se confronter au BUT en soi et 9 manières de le vivre en y trouvant des réponses positives ou en s'y enlisant dans des compulsions négatives.

Il est préférable en réalité d'apprendre à s'émerveiller: 

Préférable aussi d'apprendre à prendre distance: 

Le patriarche Athénagoras, ancien chef suprême de l’Église orthodoxe grecque, décédé il y a quelques années, le disait fort bien : « La guerre la plus dure, c’est la guerre contre soi-même. Il faut arriver à se désarmer. J’ai mené cette guerre pendant des années, elle a été terrible. Mais je suis désarmé. Je n’ai plus peur de rien, car l’amour chasse la peur. Je suis désarmé de la volonté d’avoir raison, de me justifier en disqualifiant les autres, je ne suis plus sur mes gardes, jalousement crispé sur mes richesses. J’accueille et je partage. Je ne tiens pas particulièrement à mes idées, à mes projets. Si l’on m’en présente de meilleurs, ou plutôt non, pas meilleurs, mais bons, j’accepte sans regret. J’ai renoncé au comparatif. Ce qui est bon, vrai, réel, est toujours pour moi le meilleur.

C’est pourquoi je n’ai plus peur. Quand on n’a plus rien, on n’a plus peur.

Si l’on désarme, si l’on se dépossède, si l’on s’ouvre au Dieu-Homme qui fait toutes choses nouvelles, alors Lui efface le mauvais passé et nous rend un temps neuf où tout est possible. »

De faire sienne la sagesse amérindienne:---->

Ce Bien regroupe d'ailleurs les capacités de notre cerveau moral et religieux qui nous permet d'avoir notamment le sens: de la collaboration, du partage, de l'équité, de l'empatie, de la compassion, de l'altruisme, de la transcendance, des expériences extrasensorielles et parapsychiques.

Rien ne peut advenir sans une lutte même si cette dernière n'est pas forcément douloureuse...Elle est et sera de tous les jours un engagement et un désengagement.

Pour être en son être véritable, le créateur conscient et volontaire de son univers, l’aimer pleinement, et lui être toujours présent, mieux vaut apprendre à observer tout ce qui se concrétise, ce qui consciemment ou non, se matérialise dans ma vie: j'aurai à assumer cette émergence plus ou moins volontaire tout en choisissant de l'orienter différemment; pour cela, il faut désarmer, se désencombrer, oser un partenariat créatif avec l'Univers à travers différents canaux:

notre âme bien sûr qui nous guide, nous soutient et nous conseille. C'est elle qui fait un pont quantique entre le Soi et le Tout.

Par un bon usage des ondes gamma et scalaires qui interagissent avec toutes les cellules de notre corps et tous nos atomes.

Par des états vibratoires harmonieux qui se communiquent tout autour de nous, créent, attirent et repoussent.

Deux psychologues, W. Backus et M. Chapian, se sont longuement penchés sur les croyances. Voici ce qu'ils déclarent :
« Vous agissez selon ce que vous croyez. Vos croyances, qu'elles soient exactes ou erronées, sont donc les facteurs les plus importants de votre vie spirituelle et émotionnelle. Qu'est-ce qu'une croyance erronée ? Ce terme caractérise les choses parfois ridicules que nous nous imaginons. La souffrance que nous nous infligeons par un amour-propre blessé et des partis pris négatifs est terrible. Si le monde des sentiments connaît des bouleversements, si les comportements sont particulièrement imprévisibles, si l'on constate des troubles psychiques, c'est en grande partie à cause de convictions erronées... Des déclarations du genre : 'Quoi que je fasse, c'est toujours mal', ou : 'Je commets toujours autant d'erreurs', en sont des exemples saisissants... Si vous croyez à de tels slogans, c'est à des mensonges que vous prêtez foi. »

Nous agissons aussi en fonction de nos culpabilités, du souvenir des blessures subies (rejet, abandon, humiliation, honte, indifférence) et de nos peurs ataviques.

Nous avons toutefois la liberté de choisir à quoi, à qui nous allons donner de l'importance: 

Pour être en son être véritable, le créateur conscient et volontaire de son univers, l’aimer pleinement, et lui être toujours présent, il faut oser choisir ce qui réjouit d'être né! 

Comme aimait le dire Maurice Bellet « En vérité, toujours demeure en l'homme (en vous comme en moi) puisqu'il vit, au moins une légère trace, un reflet de ce don qui précède tout et qui fait que malgré tout nous pouvons nous réjouir d'être nés.

Heureuse rencontre, d'une parole qui nous éveille là! Cela est vrai de toute vie, même si nous ne savons pas comment, même si celui qui la vit est jour après jour dans la ténèbre. »

Cette primordiale tendresse nous recommande d’aller du côté de l'amour comme foi, sans la jouissance d'aimer ni même la jouissance de sa foi. Non pas un amour mystique car il resterait dans l'illusion ; ici, l'amour inconditionnel est feu, premier, absolu, sans dépendance, sans prétention : ce grand manque commun qui demeure dans l'urgence d'être comblé. Une présence dont l'absence est brûlure. Cette lumière incite à demeurer dans le don, le pardon, la suprême innocence qui traverse tout, la générosité qui espère sans point d'appui tout en se disant, intraitable, au cœur de la Ténèbre. Une aventure infime et infinie, l'origine originante de tous les possibles que rien n'épuise ni ne mesure. Foi envers autrui, foi envers soi-même, avancée vers l'horizon de la vie heureuse : la Pacification.

En cette primordiale tendresse se dit le BUT de la VIE: que par l'amour tout soit accompli. Chacun-e peut alors se distancer, se désencombrer de l'ego, du moins ouvoir en sourire.

Comme aime à le dire Eckart Tolle, « la structure même du soi égotique comporte un besoin d’opposition, de résistance et d’exclusion destiné à maintenir le sentiment de séparation dont le soi égotique dépend pour sa survie. C’est donc « moi » contre « l’autre », « nous » contre « eux ». L’ego a besoin d’un conflit avec quelque chose ou quelqu’un.

L'équilibrage, l'harmonie vibratoire peut alors se faire par l'amour, le désir, la volonté que la vie soit suffisamment bonne pour toutes et tous, dans un environnement respectueux de la nature et des institutions justes. Cet élan primordial une fois assimilé au niveau émotionnel fait que je peux oeuvrer librement sans craindre d'être un bourreau, une victime ou un sauveur, ce qui va calmer mon mental et me sécuriser en me donnant plus d'autonomie dans la recherche instinctive du contentement et l'évitement de la douleur.

De plus, en osant être suffisamment vrai, authentique, en aimant donner et recevoir sans chagrin ni contrainte, en étant suffisamment agissant, conscient de son pouvoir créateur, responsable, capable de partager le savoir, fidèle à soi-même en restant ouvert aux autres, capable d'apprécier les bonnes choses sans nier les souffrances, à la fois fort et faible, innocent et vulnérable, serein dans la capacité à repérer ce qui est malsain ou corrompu et pouvoir oeuvrer avec légèreté en étant confiant, accomodant, rassurant et pourtotant sûr de soi et des autres.

 

Notons enfin le lien évident avec la compensation symbolique inconsciente relevée par le Dr. Thomas-Lamotte: nous nous envoyons à nous-mêmes, par notre pouvoir créateur et celui de l'Omniscient (notre âme), la concrétisations de nos manques, ce qui nous gène, nous pèse, nos convictions intimes et le pourquoi sans réponse adressé au destin. Nous en créons des manifestations, des matérialisations involontaires! 

il y a bien un mécanisme de création automatique lié à nos affects, nos croyances mensongères, nos secrets, nos culpabilités, non-dits,nos peurs et nos rêves de grandeur copntrariés. Nous en connaissons les effets nocebo.

Mais il y a aussi des bienfaits avérés - ou effets placebo - liés à la compensation symbolique...

Nous pouvons en réalité et à tout moment demander de l’aide aux mondes invisibles en émettant le souhait qu’ils nous purifient, nous rechargent ou simplement nous aident à augmenter notre taux vibratoire.

Comment augmenter son taux vibratoire ?

Rire

Regarder des comédies, des spectacles comiques...Pratiquer le yoga du rire

Sourire

Le sourire porte aussi en lui de très bonnes vibrations. Prendre l’habitude d’ajouter un sourire à tout ce que nous faisons

Chanter

Chanter une chanson que nous aimons, qui nous apaise, nous met du baume au cœur ou qui nous donne envie de danser

Bouger

Bouger permet de faire circuler l’énergie de notre corps et d’évacuer les tensions tant physiques que psychologiques

Marcher, danser, pédaler ! Faire du jogging, de la gymnastique, du yoga, du qi-gong...etc.

Trouver une manière de bouger qui nous plaise afin de la pratiquer dans la bonne humeur et d’amplifier considérablement l’augmentation de notre taux vibratoire

Écrire

Écrire chaque jour, 3 raisons qui font que nous sommes heureux, 3 choses pour lesquelles nous éprouvons de la gratitude.

Lister ses qualités, ses compétences (aide à reconnaître sa propre valeur et à augmenter l’estime de soi)

Faire ce que l’on aime et/ou ce qui nous détend

D’une manière générale, lorsque l’on prend plaisir à faire quelque chose ou que l’on se sent détendu, notre taux vibratoire s’élève !

Faire des activités dans lesquelles nous sommes à l’aise nous permet de prendre davantage confiance en nous. Or la confiance en soi est aussi un facteur important pour l’augmentation du taux vibratoire. S’amuser, se faire plaisir !

Agir

Lorsqu’on hésite à faire quelque chose, c’est qu’une peur (= basse vibration) nous freine ; pour la faire disparaître, agir est le meilleur remède.

Le moindre petit geste peut engendrer de grands changements !

Entrer en contact avec Mère Nature

S’émerveiller devant tout ce que la nature nous offre. L’observer avec attention, amour, respect, bienveillance...L’écouter (le chant des oiseaux, le vent dans les arbres...etc.) Sentir ses odeurs (parfum des fleurs, de l’herbe après la pluie...)

Manger sainement

Privilégier une alimentation vivante (fruits, crudités...) et de préférence biologique. Éviter la viande qui conserve les mémoires de l'animal...

Voir le positif en toutes choses

Quelques soient les situations que l’on rencontre, garder à l’esprit que tout arrive toujours pour notre bien et que nous sommes les créateurs de ces événements..Prendre conscience que tout ce qui nous semble tragique est là pour nous permettre de grandir et qu’en acceptant la situation, nous gardons les idées plus claires pour accueillir le positif à venir.

Prononcer des affirmations positives

"Je suis bien", "je suis heureux", "je suis zen"...etc.."La vie est belle", "tout est parfait"...etc.

Avoir de la gratitude

Être reconnaissant pour tout ce que nous sommes et tout ce que nous avons. Remercier chaque jour pour notre chance permet de focaliser notre esprit sur ce que nous avons et donc de créer plus de chance dans notre vie et de réaliser plus de souhaits

S’aimer

S’aimer de toutes les façons possibles : se respecter, s’écouter (écouter son cœur plutôt que son mental), se remercier, se féliciter, se faire plaisir...

Apprécier son reflet dans le miroir, se sourire.

Respirer consciemment et profondément

La respiration consciente aide à rétablir la circulation de notre énergie vitale.

Méditer

Prendre conscience que l’on devient et que l’on obtient ce sur quoi l’on médite.

(...)