Home » Plus de Clarté » Une évolution à faire

En réalité: Chacun-e perçoit le monde - et le crée! - de manière singulière, unique, à partir d'un point, une singularité qui déchiffre, filtre ou encode nos perceptions sensorielles, attire, repousse ou crée notre réalité. Tout est donc relatif et subjectif! Tout est affaire d'interprétation et d'expériences. Personne ne saurait ici détenir la vérité: elle est comme cette immense volière tombée à terre dont chacun-e détiendrait un morceau.

Dès lors, c'est à chacun-e d'exprimer et de vivre sa création, sa vérité toute relative! Mon ambition sera ici de partager des trouvailles,  de donner à penser en fonction de ce qui me parle, m'interpelle ou me stupéfie! Il me semble essentiel d'aller explorer différemment ce Génie intérieur et extérieur encore trop ignoré, de l'aborder certe avec rigueur mais aussi avec un regard neuf. D'assouplir ainsi nos vérités toutes faites. D'ouvrir nos horizons. Peut-être alors le monde pourra-t-il changer en devenant plus spirituel.


La Science Unifiée de Nassim Haramein pourrait-elle nous aider à mettre plus de Clarté? A relever les défis ontologiques du néant, de la solitude, de la toute-puissance et de l'adaptation harmonieuse?

Le spin, le mouvement qui tend à l'équilibre vibratoire harmonieux y sera toujours - pour nous les humains - la tension ontologique entre le néant et l'absolu, la solitude et la toute-puissance. "DIEU"  c’est alors trois  «choses»  : le BUT (nécessité cause de toute chose), le TOUT (apparence universelle issue de cette énergie), et le PROCESSUS CRÉATEUR ET RÉUNIFICATEUR qui manifeste le but sous forme d’univers en évolution vers ce but, vers l'équilibre et l'harmonie.

LA RELATION JUSTE À « DIEU » C’EST LE DEVENIR, bien que je le sois de toute façon, c’est lorsque cette inconscience devient conscience que l’unité est réalisée. On peut évoquer clairement les trois principaux aspects de cette individualisation des attributs divins :

être le créateur conscient et volontaire de son univers, l’aimer pleinement, et lui être toujours présent.

L'équilibrage, l'harmonie vibratoire va devoir se faire au niveau instinctif - qui permet une autonomie -, au niveau émotionnel - qui autorise une reconnaissance - , et au niveau mental - qui permet la sécurité.

Le sujet mérite quelques précisions utiles et indispensables: Ainsi faut-il garder à l'esprit:

- Que l'Univers est VIVANT; - Que nous sommes en interactions permanentes avec Lui; - Que nous ne serions pas sans LUI! - Que nous sommes l'Univers faisant l'expérience de lui-même sous une forme spécifique. - Que nous en avons conscience par feedback. - Que nous co-créons notre réalité avec LUI à travers nos pensées, nos émotions, nos convictions intimes, nos actes, nos paroles, nos dépôts d'intention, etc.- Que nous échangeons en permanence des informations avec l'inconscient collectif de la Terre (le champ morphogénique) et aussi avec la mémoire de l'espace-temps que nous enrichissons de nos expériences de vie. C'est elle que nous rejoindrons à la mort de notre corps. En elle donc l'éternité garantie! Enfin, l'univers ne saurait être cette machine infernale, froide et hostile à combiner les possibles!


Dès lors, l'approche de la Science Unifiée permet un dépassement bienheureux du Néant qui est simplement à concevoir comme le Champ du point zéro, l'Indifférencié où tout cohabite, un dépassement de la solitude car même si chacun-e est unique, nous sommes en liens indéfectibles avec la Source et ses mémoires, un dépassement enfin de la toute-puissance car notre pouvoir est seulement celui d'une co-création.


Il est possible d'aller encore plus loin dans l'évolution à faire avec la Science Unifiée.

Pour être le créateur conscient et volontaire de son univers, l’aimer pleinement, et lui être toujours présent, la Science Unifiée nous fournit quelques concepts et modes d'emploi révolutionnaires, clarificateurs en tous les cas, qui demandent toutefois un travail d'assimilation et d'intégration.

  • De l'importance des protons, du vide, de la matrice vectorielle, de l'espace-mémoire, de la rétroaction, des Unités sphériques de Planck...

" On peut voir l’univers en tant qu’orchestre symphonique, où chaque proton est semblable au support magnétique d’un disque dur holographique enregistrant chaque instant de son existence dans des bits de Planck. Tous les « disques durs » de protons sont alors interconnectés par des trous de ver qui agissent comme des câbles-réseau à transmission instantanée, aboutissant à ce que tous les protons de l’univers soient synchronisés dans un réseau connecté supraconducteur qui se met à jour instantanément à chaque changement. On pourrait imaginer la structure de l’espace-temps autour de chaque proton comme un superbe treillis de sphères, interconnectées par des canaux de transmission allant dans toutes les directions (Source RSF)."

L'image de la Matrice Vectorielle Isotrope ci-contre représente l'agencement des quanta d'énergie vibrant à très haute fréquence appelés Unités Sphériques de Planck et qui composent (agencés en fleur de vie) le treillis à la base de l'espace-temps lui-même. Les forces de tensions de cette matrice - vecteurs (les droites sur le dessin) forment des champs de nature tétraédrique et hexagonale (et formant la structure du Vector Equilibrium au centre à chaque échelle). Cette matrice quantifiée (ou discrète) se comporte comme un superfluide qui est à la base de toutes les notions fondamentales de la physique ; la masse, le temps, l'espace, la matière, l'énergie, etc. 

  • L'énergie et l'information sont fractales, proportionnelles, infinies et liées. Le vide homogène est l'aspect collectif avec des superpositions d'états des protons et des photons par exemple. Mais, dès qu'il y a une fractale, le champ devient individualisé, articulé dans l'espace et le temps.

  • les Unités sphériques de Planck qui sont des unités de conscience rétroactive se font à travers des contrastes, des références, car si tout est homogène, on n'a pas d'information. Il faut toujours en quelque sorte un observateur ou une observation. Du coup, l'Univers donne vie pour aborder une partie lui-même entre le Tout et le Rien: comme il est dans un système ouvert sans début ni fin, sa conscience ne sera pas absolue. La rétroaction se fera mieux en allant vers la gravité: elle libère en retour une meilleure cohérence les forces électromagnétiques…

    Nassim Haramein le dira ainsi : " Vous pouvez voir la gravité comme la force qui retient ensemble un champ d'information dans un champ spatial localisé. Chaque champ gravitationnel localisé est associé à un champ d'information spécifique ; au niveau du proton, du système solaire, de la galaxie, de l’univers, etc."

    La rétroaction se fera mieux en allant vers la gravité: elle libère en retour une meilleure cohérence des forces électromagnétiques…


Dans cette approche chacun-e est une fractale individualisée, articulée par rétroaction (feedback) dans l'espace et le temps en une séquence spécifique incluant tout ce que nous avons vécu et tout ce que nous vivons à tout instant. Tout est actualisé en permanence: l'ancien comme le nouveau, le passé comme le présent. Et tout est en lien, en interaction avec ce qui se présente dans notre environnement immédiat, plus lointain dans le champ morphogénique de la Terre ou plus loin encore dans le champ de l'Univers.


On peut aller encore plus avant. La gravité est la force qui retient ensemble notre âme (tout ce que nous sommes et avons été) dans le champ morphogénique et dans la mémoire de l'espace-temps. Nous y imprimons tous nos états vibratoires - nos états plaisants ou déplaisants - qui sont automatiquement mémorisés, sauvegardés, actualisés et, forcément mis automatiquement en relation avec tous les états vibratoires présents autour de nous: c'est ainsi que nous créons, attirons ou repoussons tout et partie de ce qui fait notre réalité. Cela se fait automatiquement, que nous en ayons conscience ou non! Les cellules de notre corps le font tout aussi automatiquement: elles puisent dans le champs l'information, l'énergie ou la matière dont elles ont besoin. Nous sommes ainsi des co-créateurs, avec les autres humains, notre environnement et forcément aussi en opposition ou avec  la cohérence vibratoire holofractale de l'Univers, car nous serons toujours confrontés à son organisation, ses différents échelles, ses gradients.

Nous avons de précieux alliés: notre cerveau fonctionne comme une antenne fractale, un émetteur- récepteur sensible aux ondes gamma et scalaires notamment.

Mentionnons aussi l'importance de la glande pinéale:

Elle sécrète des hormones importantes pour le corps. Elle est un cristal sous forme liquide. Elle n'est pas isolée mais en relations avec d'autres glandes, d'autres systèmes dans notre cerveau. En son milieu, il y a comme une pompe qui pompe les liquides cervicaux et qui crée  une pression hydrostatique. La glande oscille en créant une réaction pysoélectrique. Un peu comme l'antenne fractale de notre portable. Celle glande pourrait être aussi à l'origine de la production du nectar que nous recevrions via les sinus. Elle est comme un CPU, une antenne WIFI, mais son oscillation peut être entravée par des composants chimiques, comme le fluor semble-t-il, ou des minéraux qui vont la calcifier. Cela réduirait notre capacité de capter les informations du vide. On en serait plus isoler…et moins créatif, en nous déconnectant les uns des autres. Les glandes saccioles peuvent aussi se calcifier et s'atrophier. Quand elles sont actives, elles augmentent nos sens de l'orientation notamment via les ultrasons.

On peut imaginer qu'elle capte des photons invisibles à une fréquence différente de celle des champs magnétiques dans la bande visible; et vous pouvez imaginer qu'en devenant plus conscient de ces informations, nous devenons aussi plus conscient, sensible et précis au sujet de notre environnement; ce serait bien de pouvoir étudier l'impact sur la capacité d'oscillation, d'interaction de l'antenne dans notre cerveau quand il change de fréquences électromagnétiques.

Sans oublier également de rappeler l'importance de la singularité sphérique du coeur par laquelle nous communiquons et échangeons avec la Source:

Toutes ces particularités quantiques nous permettent une chose essentielle: de nous orienter, de mieux créer, attirer ou repousser ce que nous voulons voir se réaliser dans notre vie.

Il faut aller observer notre réalité au coeur de la singularité: voir ce qui fait notre présent, notre création et ses manifestations positives ou indésirables et refaire de nouveaux choix en conscience, confiance et en gratitude.

C'est évidemment un travail quotidien indispensable! 

Notre tête est comme un rayon de soleil divergent, mais la convergence se fait pas nos pieds; le feedback se fait par la divergence-convergence, la gravitation et l'électromagnétique…

Tout ce dont on a besoin nous est donné, tout est accessible par de petits efforts tous les jours qui nous permettent d'être résilients autour de nous; cela concerne tout, notre corps, notre conscience…il faut faire en quelque sorte le ménage, nettoyer nos convictions en enlevant ce qui n'est pas productif pour nous-mêmes et les autres; on grandit ainsi en devenant un exemple.

Toutefois, rien ne se fera magiquement sans notre participation active ou notre libre arbitre concrétisé... Comment faire pour bien faire? Comment devenir un exemple?
Suffit-il vraiment de nettoyer nos convictions? De s'ajuster à la résonance harmonieuse de l'Univers?
Globalement oui, certainement: et concrètement?
Comme souvent, c'est à chacun-e de voir...
J'avoue avoir eu du mal à trouver des réponses satisfaisantes et éclairantes. Je les ai découvertes en discutant avec un adepte de Frank Hatem (merci Olivier) qui s'est lancé dans une relecture de l'ennéagramme dont il espère tirer un livre. Chose intéressante, il met surtout l'accent sur les différentes manières de parvenir à équilibrer les 3 instances de l'humaine condition: notre nature instinctive, notre dimension émotionnelle et le mental.

Harmoniser nos dimensions intérieures: l'instintif, l'émotionnel et le mental; c'est une évolution nécessaire à faire chaque jour. De quoi s'agit-il?

Par ignorance de la nature de l'Univers, chacun-e vit dans l'illusion d'en être séparé, dans la peur de la mort, du néant et de la solitude, avec pour compenser ces peurs, des désirs de toute-puissance qui se traduisent en une quête éperdue de confort, de sécurité, de pouvoir, de gloire, de fortune, de sexe, de jouissances et d'épanouissement personnel notamment, désirs jamais assouvis car pour chaque besoin comblé il en surgit un autre!

Cette quête est donc sans fin!!! Il y a bien une opposition de principe entre le néant et l'absolu, la solitude et la toute-puissance. Un piège en somme - fait de compulsions variées - ou un défi à relever  par assimilation et intégration des vertus à préférer pour que la VIE soit suffisamment bonne et qu'il soit BON d'être né-e.

Ce qu'il faut impérativement: 1) Reconnaître en pleine conscience nos peurs et nos compulsions. 2) Les transgresser en leur préférant des états vibratoires plus harmonieux et plaisants.

Cela donne par exemple: 

Au niveau instinctif: 

- La peur d'être faible, le désir d'être fort, de faire sa loi, de s'imposer quitte à humilier, le besoin de vivre dans les excès, dans la dualité maître-esclave. Il s'agit de préférer la bientraitance, de retrouver l'innocence dans le refus de souffrir ou de faire souffrir inutilement qui que ce soit!

- La peur du conflit qui favorise la nonchalance, la paresse, la procrastination, l'anesthésie ou encore l'indolence et le déni. Il s'agira de préférer l'engagement plaisant pour tout ce qui est juste.

- La peur de l'imperfection, d'être accusé à tort, d'avoir mal fait, d'être pas OK qui se traduit par la volonté d'avoir raison, la rigueur excessive, l'intégrisme, l'intransigeance psychorigide, l'exigence démesurée, la suspicion, les tocs, etc. Il s'agira de préférer bien faire, agir en toute sérénité en acceptant que les choses ou les gens soient imparfaites, tout en s'écartant de ce qui est corrompu, dénaturé ou altéré.

Dans le niveau instinctif, il y a toujours la recherche du contentement et l'évitement de la douleur avec comme principales stratégies, la fuite, le combat et la ruse. Mais elles sont relues et corrigées en fonction d'une sérénité nouvelle permettant de concilier ce qui est à éviter ou à rechercher dans une autonomie renforcée.

 

Au niveau émotionnel: 

- La peur du rejet, de ne pas être aimé, le besoin de s'ingérer excessivement, de se rendre indispensable, d'aider en oubliant ses besoins personnels, le besoin d'être un sauveur. Il s'agira d'apprendre humblement à donner et recevoir librement et sans contrainte, de savoir dire non ou de demander de l'aide sans en faire un drame.

- La peur d'échouer, de ne pas en faire assez, la recherche éperdue du succès, il veut être le 1er, confond l'être et l'avoir.  C'est le royaume du mensonge, du paraître, de la compétition, la volonté de briller à tout prix.  Il s'agira d'être plus honnête, plus modeste, moins ambitieux, moins en compétition, en phase avec soi-même et les autres pour agir plutôt dans la joie.

- La peur de la banalité, d'être un looser, d'être dominé par les émotions, la volonté d'être original et créatif, le besoin d'exprimer la beauté. Il s'agira d'utiliser sereinement cette capacité à créer en étant respectueux des autres.

Dans le niveau émotionnel, il est toujours question de reconnaissance : de notre valeur, de notre singularité, etc., De ce tu comptes / ça compte pour moi que tu sois né-e. Mais cde reconnaître aussi que chacun-e est créateur de sa propre réalité.

Au niveau mental:

- La peur du vide intérieur, de l'introversion à outrance, la recherche de la connaissance égocentrée. La peur de ne pas comprendre et de ne pas être compris. C'est le domaine des pédants, des intellos, des manipulateurs, des narcissiques, etc., qui préfèrent l'isolement social et affectif. Il s'agira d'apprendre à orienter le savoir vers la connaissance de soi-même tout en la partageant .

- La peur de la déviance, d'être rejeté du groupe, seul face au monde, d'être banni qui attise le besoin de s'engager dans la collectivité, de se sacrifier pour une cause, le besoin d'agir ensemble, le besoin d'être loyal à une cause, une autorité, un groupe, des actions collectives. Il s'agira de pouvoir être loyal au groupe et à soi-même, de relever le défi des unions et désunions, des alliances, des soutiens, des trahisons en gardant la foi en l'action responsable.

- La peur de la frustration, du manque, la recherche du plaisir, le déni de la souffrance, le manque de profondeur, la superficialité. La gourmandise, la boulimie, le narcissisme. Il s'agira de planifier avec gratitude l’expérience pour qu'elle soit paisible, sobre et heureuse dans la capacité de se projeter avec empathie et délicatesse pour qu'il soit bon d'être né.

Le mental peut alors se calmer et l'ego s'apaiser.

La reconnaissance de ces peurs et d'autres encore - comme la peur de la mort, de la souffrance, de la solitude notamment - permet de leur opposer des vertus, des états vibratoires spécifiques, en les vivant concrètement: le fait d'en reconnaître la pertinence, l'appel concret, permet de les assimiler comme vertus puis de les intégrer comme une seconde nature tout en informant le champ de la mémoire de l'espace-temps de notre nouvelle orientation, ceci pour que la vie soit sufisamment bonne et qu'il soit bon d'être né-e.

Cette approche peut en réalité largement s'appuyer sur les capacités intrinsèques dont l'évolution nous a dotés à travers le cerveau moral et religieux: en ayant le sens de l'entraide, de la collaboration, de la justice, de l'équité, de l'empathie, de la compassion, de la non-violence, de la bienfaisance, de la bientraitance, de la bonne volonté, du respect mutuel, du non-jugement, le sens du plus grand que soi, d'une Harmonie universelle, celui de l'émerveillement, de la gratitude, de la confiance en l'Univers, il devient possible d'harmoniser l'instinctif, l'émotionnel et le mental, possible de vivre des états vibratoires harmonieux en complicité et en partenariat créatif (et récréatif!) avec l'Univers.
Toutefois, c'est à nous de le faire émerger, de le vivre et de le rendre possible. Et cela ne peut se faire qu'en

1) Reconnaissant en pleine conscience nos peurs et nos compulsions. 2) En les transgressant, en leur préférant des états vibratoires plus harmonieux et plaisants.

Cela demande du travail, de l'exercice, de la persévérence: Je tenais à le dire en toute clarté.
Une vie spirituelle ne surgira pas magiquement ou simplement si le contrôle de l'énergie du vide ou celui de la gravité nous sont donnés...

Chacun-e va devoir encore se désencombrer car jamais la vie ne sera un long fleuve tranquille.
Il s'agira encore et toujours de mettre de la lumière dans nos obscurités...
Mais en réalité: