Rose et Gilles Gandy ont découvert la méthode et l’ont conceptualisée à partir de 2006. Elle repose avant tout sur une expérimentation de phénomènes dérangeants dans l’habitat, à l’aide de baguettes coudées de sourcier dont le révélation stupéfiante est la démonstration que l'information est partout présente et disponible autour de nous. Aussi, l’habitat étant au cœur de la pratique, ils avaient tendance, au début, à rattacher la méthode à des disciplines existantes comme le Feng-Shui* ou la Géobiologie*.
Par la suite, leurs expériences donnant des résultats positifs et très pertinents, ils ont enseigné cette méthode, qui a alors été pratiquée par d’autres personnes avec les mêmes résultats. Au fil des années, la méthode s’est enrichie de nouvelles découvertes sur l’origine des pathologies qui affectent l’humain (lignées familialescauses psycho-émotionnelleskarma, etc.). À chaque fois, ils ont publié un livre pour dévoiler cet apport.

Le couple nous offre aussi des vidéos en ligne sur leur site et leur chaîne YouTube.

Un livret de présentation de la Médecine Symbolique est disponible ICI. En voici un tout petit extrait: 

Le couple nous offre de précieuses  vidéos en ligne sur leur site et leur chaîne YouTube. 

Voici pour s'en faire une idée quelques contenus résumés:

  • La clé du Karma: la foi en nous. Quand on nomme, on fait exister, donc je n'en veux pas. Dehors, dans le monde, il y a de grosses problématiques de circulation, de poumon, de coeur, de sang, etc. Cela nous touche toutes et tous. Qu'est-ce qui fait ça? Une charge de culpabilité que notre âme vit comme des épreuves sans pouvoir dire non; elles sont un potentiel d'éveil: chaque événement est créé par une information; tout manifesté renferme une information qui donne des problématiques positives ou négatives; la culpabilité nous fait rater un enseignement, ce qui crée le karma dans les générations mais aussi dans la thématique du réchauffement climatique: nous en sommes responsables donc nous allons en baver! On ne peut pas aller bien quand tout va mal! Les problématiques poumons sont dues à la culpabilité, nous n'assumons pas nos expériences; il est temps de dire oui à ce que nous avons fait, induit, temps d'en assumer les conséquences, car ce oui est la clé de ce qui se passe en ce moment; nous devons entrer dans la foi, dans la conviction que la vie n'a que des intentions d'éveil; c'est nous qui les bloquons sous forme de je ne peux pas, ne veux pas, ça ne serait pas raisonnable de changer, etc. Il faut nommer nos envies et regarder nos failles en face, et dire oui à nos vécus, prendre de la hauteur et mettre du sens.

 

  • Le masculin qui anime la vie: la culpabilité nous empêche d'être grand, créateur; elle bloque, enferme dans la honte; les peurs et les croyances nous laissent petit; les 3 niveaux sont figés. Notre âme arrive avec ces charges à nettoyer. Le masculin est une énergie qui complète le féminin. Elle est la forme visible tandis que le masculin est l'information qui révèle une intention de la vie. Ce sont les règles mensuelles pour les femmes; les règles de la vie nous permettent de passer à du nouveau; nous subissons aussi les règles de vie sur la planète (nuit, jour, saison, vie, mort, etc.) On ne peut pas changer les cycles. Le soleil est le symbole du masculin, la terre du féminin. Le masculin donne un cadre, une structure: s'il est trop rigide, trop répétitif, il devient un dogme. Il est appelé à grandir: c'est l'expansion, le rayonnement, l'exploration du nouveau, la fécondation (une information nouvelle qui va déstabiliser) pour créer le nouveau et c'est la vie. Radoter c'est mourir! Il réveille, nous éveille. Décale et comble, on demande la suite, après. Le féminin protège. Quand on est aligné entre ciel et terre on peut porter du fruit et recevoir. Petit enfant on n'a pas l'espace. En étant éveillé, cela nous donne l'esprit clair: on peut séparer les désirs mentaux des états d'âme. Il nous relie à l'intérieur de l'expérience, du féminin qui manifeste l'information. C'est une graine d'éveil qui crée des difficultés pour nous réveiller. Il est attiré par le féminin. Dilater nos corps énergétiques,être en amour, relié,expérimenté. C'est la sève qui monte pour prendre de l'ampleur pour nourrir la vie; des pieds à la tête, pour faire grandir le spirituel qui se manifeste dans tout, sans avoir besoin de gourou. La vie n'a pas de mauvaise intention, elle stimule nos actes et nos paroles.

 

  • Le mal nécessaire et le sauveur: la guerre déclarée contre le virus ressemble à celle en Ukraine; il faut se protéger contre le mal et se protéger avec un sauveur; le virus, l'iode est un mal invisible; l'un est le Yang très dilué, dieu, l'autre le Yin est matériel; l'invisible est une intelligence, un conscience; actuellement c'est le diable! C'est profondément ancré en l'humain: cela permet de se positionner du côté du bien, donc de définir la victime, le persécuteur, le sauveur. Le binôme sauveur-persécuteur est peu examiné: Poutine veut reconstituer la grande Russie, le nouveau tsar. Du côté de la Chine, il y a le nouvel empereur. Il y a le roi des rois en France. Qu'est-ce qui pousse à ces rôles sinon nous? On cherche l'unique, le sauveur politique mais c'est une illusion car il faut une polarité, un complémentaire; ces tentations de toute-puissance vont se terminer par l'inverse car cela va créer des divisions pour que la polarité puisse s'exercer. Vont manquer la collaboration et la complémentarité. Notre refus d'être des créateurs nous entraîne dans la créature, ce qui crée des ego surdimensionnés qui se terminent en violences. Je n'ai pas besoin de m'en remettre à une représentation incarnée de l'invisible!

 

  • Les âmes qui dérangent: dormir sur ses 2 oreilles . Nuit est le monde de l'esprit, on va voir le père céleste; les âmes font du yo-yo; la matière est le cycle biologique. Mais ce n'est pas le même espace-temps dans la vie de l'âme. Le cycle digestion / assimilation se fait dans la matière. S'il y a une conscience errante entre 2 elle empêche de dormir quand elles sont en lien. Une bougie protégeait jadis. On retient les âmes par culpabilité mais on perturbe le cycle naturel. Les âmes retenues, bloquées coincées entre deux mondes ne sont pas bien. L'âme qui reste pose problème. Parler à des présences, croire qu'elles nous protègent, nous rassurent, nous informent, mais cela les retient et elles ne font pas leur cycle; refuser la coupure est de la culpabilisation, cela nous met à l'écart de la friction, d'aller chercher de l'expérience à vivre. Dans l'invisible, les conséquences de nos actes vont apparaître au fil du temps. Mieux vaut rester chacun dans son monde.

     

    Les envahisseurs: beaucoup de colère, hyperactif, grosse déprime, des douleurs qui se déplacent, qui peuvent disparaître et revenir, des pensées dérangeantes désagréables; la loi n'est pas là, notre territoire n'est pas protégé; le corps est bien incarné mais le mental perturbe beaucoup, comme s'il fallait s'approprier le corps psychique qui est rempli de peurs: une faiblesse permet des envahissements. On peut être envahi par des émotions ou des pensées autres. Il faut aller investir ce territoire et se le ré-approprier. Le pire à venir sera des maladies psychiques (Jung). Ce sont surtout des âmes qui n'ont pas eu envie de s'incarner dans ce monde-là. Elles veulent rester ailleurs, dans un monde idéal, elles ne fusionnent pas totalement; il faut dire oui aux lois du père, il faut investir son corps quelles que soient les circonstances. Tous les reproches au père disent le manque de confiance dans l'incarnation.

     

    Thyroïde / gorge /épaule: sur l'expression de nos polarités, en lien avec la sexualité, les clavicules et l'épaule féminine et masculine; souvent une expression de sa polarité, peut donner des problèmes de poids; nous avons été créé avec les 2 principes mais nous croyons qu'il nous manque quelque chose, surtout au niveau mental; des gens sont silencieux; c'est un papillon, un envol vers le nouveau, puissance de vie castrée en bas, il faut dire oui à qui on est.

     

    L'énergie de la peur: phénomène énergétique biologique de survie; instinctif, la peur donne des ailes ou nous fige; ça peut venir de l'extérieur ou de l'intérieur, anagrammée petit qui ramène dans l'événement traumatique à tous les âges; le mal revient; ça touche l'expression de l'âme et le lien sexué. La peur nous rend impuissant. Tant qu'elle demeure, elle nous laisse petit dans les 3 niveaux (instinctif, émotionnel, mental), on n'est pas relié au masculin; c'est à nettoyer pour redevenir grand et pouvoir avancer et créer.

 

  • La soumission: le mental veut notre soumission, être mis dessous, la Terre est soumise; le Yang vient d'en haut, principe de fécondation. Ce qui arrive d'en-haut n'est actuellement pas désirable. C'est le vieux bleu qui est à l'oeuvre, qui demande la soumission pour nous emmerder, dominer la matière. Les soumis veulent vouloir soumettre les autres. La sexualité est d'abord une création. Ce qui est plus grave, c'est qu'on s'en prend aux enfants = enfoncer un objet dans le nez, ce qui est un viol. C'est une perversion, c'est du sadisme, et du masochisme. Si on est consentant ok mais la jouissance est de faire mal! Le vieux bleu veut la soumission de l'homme dans la matière! Comment agir de manière pertinente? Il faut regarder le film dans la tête des autres, des gouvernants, dans l'air du temps. Il y a une masse de pensées diaboliques, un égrégore, il faut donc prendre du recul, se distancer en se disant mais tu ne m'intéresses pas!

 

  • Pollutions de lignées masculines : la mère devant, le masculin entravé; côté gauche / magie noire: à partir de la taille, pieds froids, phlébites, oedèmes, varices, problèmes gynécologiques, urinaires, hémorroïdes, intestinaux, donc en bas dans la matière, ça ne circule pas bien et ça cogite fort en haut. Côté droit le pa(ra)normal: dysharmonie esprit/matière, masculin/féminin problèmes: loi, exprimer, sexuel, je n'attire pas, maux de tête, zizanie avec les autres. La rate permet de faire les liens, de rester centrer, lien avec la mère; le foie est visé, le don est la vie, le spirituel qui a été interdit; c'est du chamanisme de l'est, mauvaise oeil, malédiction, punition, exclusion; formule: au nom de l'ordre du grand tout, j'affirme que tout homme est sur Terre pour vivre et exprimer ses vertus spirituelles masculines qu'il reçoit de père en fils sous la protection des lois de la vie.

 

  • A cœur vaillant rien d'impossible - Rose Gandy. Quand notre âme est libre, elle peut être joyeuse et créer. 1er message: nous sommes déjà fécondés du nouveau; l'avenir est déjà là si nous nous émancipons de nos peurs, croyances et culpabilités; 2è: nous sommes prêts à passer à autre chose: nous sommes grands, la vie nous attend dans ce nouveau; 3è: nous sommes tous dans un processus d'ouverture du coeur: arrêtons les jugements bien/mal, chacun-e a le droit d'expérimenter sa vie, acceptons notre chemin, les ombres et les lumières, seule la joie est contagieuse, contamine ou attire; ne pas faire une montagne des petits problèmes, ne nourrissons pas nos mal-être, nos bobos: le nouveau déstabilise l'ancien et fait peur, rétracte. Le mental, l'ego a peur de ne plus exister. Il faut dire non aux anciens schémas; toutes les prises de conscience doivent être distribuées, il faut partager le nouveau; à chaque oui, la vie fonctionne par fractale: la maison est le miroir de l'âme, faire un grand pas en avant, la main sur le coeur, imaginer et informer l'intérieur du changement, du nouveau rayonnement. J'informe ma maison, le quartier, la ville, les mains jointes devant le coeur, etc. Le rayonnement est alors infini. Attention aux croyances qui veulent persister: sortir de nos habitudes, désirs d'achats, des jugements de valeurs, effacer/ gommer, ne pas perdre le nord, le rein, garder la détermination de vie pour se réaliser. L'esprit vivant est incontrôlable: le nouveau supplante l'ancien comme une naissance. L'amour, le vrai, le beau, le mariage masculin/féminin, la singularité, les différences à cultiver. Les créatifs le seront dans la diversité, la loi de la vie les protège. Se laisser porter par notre énergie de vie dans une danse d'amour qui crée et remplit l'espace.

 

  • Le Yin attire, le Yang enseigne: il serait bon d'analyser ce qu'on attire. On a un trou et donc la vie est le complément, du plein d'énergie qui vient combler le vide; le yin attire, envoie une demande attractive; c'est une envie d'âme, une puissance sexuelle aussi, qui va induire une synchronicité. C'est plus fort que tout. Le yang enseigne et comble, c'est de la vie qui permet l'expansion de conscience; nous sommes voilés de notre grandeur. Ce qui vient dedans nous réveille. On retrouve notre grandeur. L'âme est une vibration et quand elle est proche on frissonne. Le côté droit est le masculin sur lequel on s'appuie pour notre valeur d'âme. Dans certaines lignées de femmes, déménager va empêcher le potentiel et devoir tout recommencer à zéro. Le père ne sera pas là, à la hauteur pour guider! Et donc on croit qu'ailleurs ce serait mieux. On a tous un potentiel d'âme à mettre au service de la vie à découvrir. Le trou attire le manque de valeur, c'est le voile qui attire. Si je l'attire, c'est que j'en ai besoin pour m'éveiller...je suis créateur de tout (attirer, bloquer, etc.). Je peux aller vers je le pense, je le dis, je le fais.

 

  • L'amour: l’âme sans peur et sans reproche. Il y a toujours dans notre aura des ceux, des besoins, des désirs d'âme qui aspirent à être comblés. La foi est une énergie rayonnante qui donne envie de faire, ça ouvre une grandeur, et l'espoir est la direction pour créer, guider une nouvelle créativité. Ensemble, marié ces deux dimensions, va donner une 3è chose. Les il faut / je dois nous rendent esclave de nos croyances; mieux vaut expérimenter du nouveau, aller vers ce qui ne se fait pas! Pour être en vie, en joie, en haute pression, il faut expérimenter le nouveau. Changer de place, d'habits, de rituels, etc. tout ce qui est joyeux est bon à prendre; alors quelque chose en émerge: on attire plein de choses. La vie est du mouvement, elle passe par le corps. Elle nous parle par symboles, par des événements symboliques; il faut rester relié. Voir l'énergie rayonnante + la direction, l'enseignement proposé, on peut capter ce que les autres vivent, ce qui les dérangent / les arrangent qui sont des miroirs, quand le lien se refait, le lien arrime et c'est l'amour: il devient moi car il m'enseigne! On est touché et donc relié de manière inconditionnelle, ce qui nourrit. On retrouve le 1, l'alchimie, et l'amour devient source de guérison qui me permet de m'aimer et d'aimer la vie, de voir à quel point nous sommes créateurs de nos peurs et de nos condamnations qui créent les maladies et les souffrances. On peut librement tout entendre, voir, exister et mettre notre goutte d'âme.

 

  • La conscience et l'âme: elles sont reliées par le corps, l'âme anime le corps en corps et âme; la maladie nous ramène au corps; l'expérience sans mettre du sens et du radotage ou encore on peut dire je sais mais on refait des expériences sans conscience. Il s'agit de mettre au service de la vie une qualité. Nous vivons dans une forme d'inconscience de notre grandeur: c'est le karma, une rétractation de la bulle énergétique. Ça peut être une expérience, une peur, une croyance qui ne peut être mariée; on reste petit. Le sens redonne du sens, c'est la conscience. L'âme respire, les baguettes s'ouvrent. ça redonne le 1, la circulation du yin et du yang. L'apprentissage sans le sens nous situe à moitié: il faut marier je sais - les connaissances - avec un acte, je sais, ça met en joie, ça rayonne. Les âmes sont reliées à tout, elles aspirent à des révélations du 1. Alors on n'a plus besoin de créer et subir une limite (souffrance, colère, etc.) pour la dépasser. On peut observer en paix y compris comment ça s'exprime chez les autres, ce qui nous enseigne aussi. Tout peut nous parler quand on est en paix avec soi: c'est le cadeau. Je transforme le moins en vie.

 

  • L'âme nous parle: attention danger, elle ne parle pas avec des paroles qui proviendraient plutôt d'esprits farceurs...elle parle par des réponses énergétiques au niveau du coeur et pas des oui ou des non au niveau du mental. Elle parle par l'étonnement et non par le mental qui sait. L'invisible parle par symboles. Par une projection de soi. Unique. Il faut donc la laisser parler car elle est en lien avec l'immensité. Elle nous dit regarde c'est toi! Tout ce qui se passe dehors peut être apaisé dedans! Le foie / le père/ problème de vue / l'âme nous dit où ça bloque, une douleur, du mal-être. Mal inversé = l'âme! Elle veut être plus présent, créateur conscient, du lien, on se relie, on se nourrit. Il n'y a plus de séparation, de haine, etc. L'échange devient possible.

 

  • La peur outil de l'âme: elle donne des effets de rétractions, on se ratatine pour se protéger; c'est l'instinct de survie, la peur de mourir. Il y a une part innée et acquise. La rétraction est comme un trou noir, c'est la peur qui limite. Elle est inspire dans sa grandeur/expire dans sa condensation. La naissance en sera une autre. Ce rythme se vit tout le temps dans la matière: c'est le grandissement physique mais aussi émotionnel, spirituel, etc. Elle doit en permanence recréer sa grandeur par des noeuds, des non à dépasser. On reste dans l'ancien. Nos peurs mentales figent notre corps. Elles créent ce dont nous avons peur. Elles se densifient, forment un voile qu'il faut contester avec autorité. Les ténèbres n'existent pas quand la lumière - conscience - arrive. La peur est un voile qui voile. On ne peut que passer au-delà, descendre dans le nouveau, protéger la vie, l'animer, en mettant de l'expansion, de la joie, la solidarité, la fraternité, le bon, tout ce qui nourrit notre humanité.

 

  • Le verbe guérisseur: une fois alignée, présente,sereine, qu'il n'y a plus de jugement de valeur, qu' il y a de la gratitude, je m'aime, aucune intention de sauver ou de me sauver, il y a juste une présence à soi, une intention de vivre sereinement; nous pouvons être en paix, commencer à nous guérir, on ne peut pas guérir les autres si on n'a pas fait le chemin. Remercier pour toutes les énergies de vie, la terre mère, les producteurs, que tous soient bénis; je remercie aussi la mémoire qu'elle contient, le vent, etc. Quand le verbe est relié à cela, nous sommes cela, ça nous nourrit de toutes ces vibrations. Je remercie les présences, les énergies des formes, les égrégores, les âmes collectives, je m'y relie car elles créent de la vie; remercier les éléments en nous en conscience car la guérison c'est du lien d'amour; demander que les présences guérissent un endroit en faisant des huit.

 

  • Avancer dans la vie: le dos à la porte d'entrée dans l'incarnation, elle doit avancer en conscience; c'est très souvent une incarnation dans la mère terre; la compréhension est dans la tête, un symptôme la fige et la bloque; sa mère avance pas elle. On est dans la matière pour créer. Si on reste au mental, on est figé et cela nous rend triste, on se sent puni. On se sacrifie, on croit devoir sauver les autres alors qu'on n'a aucun pouvoir; elle reste petite fille dans ses compulsions sans passer à l'acte. Soit elle passe devant la mère pour être alimentée dans son rein gauche, soit elle absorbe la mère. On prend ou pas ce qui alimente. Je dois accepter ma mère et mes lignées. Je peux les transformer en potentiel. Elle ne se réalise pas car elle vit dans la peur de la mort: ça nous bloque aussi dans la zone sexuel. Pour débloquer cette peur de toutes les peurs, il faut l'accepter. Il faut faire le deuil d'une vie idéale, on est là pour vivre dans la réalité. On peut être serein, en paix, libre. Sans cette acceptation profonde on est prisonnier de la course aux privilèges, soumis à cette peur de mourir.

 

  • La liberté. Les voyages forment la jeunesse: voir ailleurs, en étant plus libre. On peut plus facilement transgresser nos conditionnements nationaux. Voir que les âmes vivent très bien avec d'autres contraintes. En fait nous nous attachons à notre conditionnement. Notre mental nous fait croire que nous ne pouvons pas les quitter. Rester jeune demande une ouverture d'esprit, un dépassement du formatage. La liberté de la sève de vie est invoquée. C'est la liberté de créer qui n'a rien à voir avec le consumérisme. Il s'agit d'être libre de faire selon mes envies. Ce n'est pas de l'égoïsme, c'est de la vie, de la réalisation, de la liberté infinie et joyeuse, pleine de gratitude. Le seul écueil c'est la peur du changement. Le dépasser réclame d'expérimenter d'autres choses, la vie nous pousse à sortir de nos acquis, de notre zone de confort.

 

  • Le verbe amour: la puissance doit alimenter notre outil; ce n'est pas de la force ou de l'argent. La puissance de l'âme est la puissance du verbe qui peut créer; l'âme vit en animant la vie. Avoir, posséder est un mensonge du mental. La force est d'être. Sans jugement de valeurs. Cela permet le je m'aime à dire haut et fort. Le dire devant un miroir ou devant autrui. Tout est miroir. On ne peut pas aimer les autres sans s'aimer soi-même. Je m'aime dans ce que je vis. J'accepte d'être qui je suis.

 

  • Ce qui nous bloque: ça tourne autour: la peur, la culpabilité et les croyances font que je ne peux pas avancer, le trio tourne devant et vivre ce que je suis. Je suis en retrait, j'essaie de gagner ma vie; la peur mentale compare toujours; ça crée un espace, une différence; la culpabilité est un jugement de valeur formulé en erreurs; elle crée du temps qui nous décale. Les croyances: on adhère à ce que les autres ont dit, c'est l'enfer-me-ment. Je crois sans avoir expérimenté. Si j'expérimente la vie je suis vivant. La peur est toujours de l'inconnu! Mais elle est virtuelle. C'est la peur de donner y compris la vie. C'est la peur de manquer. Qui met en retrait de son potentiel. Elle est là pour être traversée. Il faut donner ce qui nous traverse, ce qui vient en nous, sans compter pour recevoir de même. Il s'agit d'expérimenté son je suis dans l'instant présent, de le retrouver...

Et ce message de Rose :