Home » En méditation » La loi d'attraction

Il y a dans le courant New Age différentes manières de concevoir cette fameuse loi de l’attraction conçue toutefois sur deux éléments incontournables : l’affirmation d’abord que tout vibre dans l'Univers ; pour reprendre la phrase d'Albert Einstein « tout est énergie » ou « tout est vibration », TOUT est énergie, de l'infiniment petit à l'infiniment grand. Tout est vie dans l'Univers, donc TOUT est énergie et "état vibratoire". La seconde affirmation suppose l’existence de forces qui – un peu comme les aimants – attirent ou repoussent des énergies semblables ou contraires. Cela se ferait à travers nos pensées, nos sentiments, nos émotions, nos convictions intimes, nos actes, nos paroles, nos choix de vie et forcément aussi à travers nos doutes, nos complexes, nos traumatismes. Nous aurions ainsi tout intérêt à ne pas laisser tout arriver dans notre présent car :

Ce que l’on réprime s’imprime,

Ce à quoi l’on résiste persiste,

Ce qui nous affecte nous infecte,

Ce que l’on fuit nous poursuit,

Ce à quoi l’on fait face s’efface,

Ce que l’on visualise se matérialise,

Ce que nous nions demeure,

Ce que nous ne voulons pas être ou cacher nous affecte,

Ce que nous craignons se réalise, etc.

Ces lois sous-jacentes gouverneraient notre vie quotidienne. Il serait donc sage de le réaliser et surtout d’apprendre à bien se positionner face à l’Univers si ce dernier est une sorte de relais amplificateur.

 

Agathe Reymond le dit ainsi sur son site internet : « La transformation de notre vie se fait dès l’instant où nous faisons un focus sur le présent et non sur ce qui s’est passé de négatif avant l’instant présent.

L’utilisation constante des mêmes pensées, des mêmes croyances nuisent à créer un réservoir dans lequel l’univers dépose ce dont nous avons besoin maintenant. Il nous devient impossible de faire le plein de nouvelles énergies, de nouvelles idées créatives, de nouvelles occasions de réussir.

Même si nous croyons tout bien faire pour que la loi de l’attraction se mette en action, il manque un réservoir vide du passé, des peurs, des doutes, de la méfiance, si dans notre cœur, dans nos pensées, dans nos sentiments tout l’espace intérieur est occupé par des rancunes, des colères, des pensées et croyances limitatives et par la peur du manque, il ne reste aucune place pour que l’univers remplisse notre espace intérieur de nouveautés, de prospérité, de pensées créatives.

Il nous est quelquefois très difficile de laisser partir une peur, une croyance, une mémoire où nous avons expérimenté une situation qui n’a pas eu le succès attendu.

Faire le vide pour faire le plein nous demande de laisser partir des souvenirs, des pensées, des manques de confiance, la méfiance afin que l’univers puisse immédiatement remplir le vide par un plein d’abondance, de santé, d’énergie, de prospérité.

Dans la sagesse universelle aucun vide n’est accepté.

Aussitôt que nous acceptons de laisser partir nos pensées et croyances limitatives et souffrantes, aussitôt l’univers s’empresse de faire le plein d’une nouvelle énergie qui apporte bien-être, santé, prospérité, créativité.

L’univers est prêt à nous donner tout ce dont nous avons réellement besoin à la condition de créer l’espace nécessaire pour recevoir ce qui est idéal pour nous. 

Nous pensées et nos sentiments sont nos outils les plus performants pour transformer nos manques en réussites. Donnons une autre direction à nos pensées, libérons-nous des sentiments d’insatisfactions, de frustrations, de colères, de critiques qui freinent l’énergie du recevoir. Mettons-nous en action, en mode ouverture à nous-mêmes et à nos changements pour que l’Univers à son tour se mette en mode réaction et réagisse agréablement à nos besoins, à notre plaisir d’exister.»

Il y aurait donc nécessité de bien se positionner pour obtenir les faveurs de l’Univers. Clairement, un donnant-donnant est à concevoir :

Recevoir représente un acte de foi que nous faisons lorsque nous acceptons de croire que nous méritons ce que l’univers nous envoie.

Recevoir devient un engagement à respecter nos qualités et nos ressources. L’engagement à utiliser le meilleur de nous-même et à accepter de recevoir en échange ce dont nous avons besoin pour améliorer notre condition de vie devient un engagement gagnant/gagnant entre l’univers et nous.

Recevoir représente la responsabilité que nous acceptons de prendre vis-à-vis de nous et des autres en accueillant la générosité avec laquelle la vie nous comble de ses bienfaits, sachant que nous devons redistribuer le surplus divin.

Recevoir nous demande de laisser tomber la rivalité, la compétition, la comparaison et nos jugements sévères vis-à-vis des interprétations de l’injustice sur terre. Pour recevoir nous devons lâcher les blâmes, les critiques, les souvenirs négatifs qui alimentent notre insatisfaction et nos frustrations.

Recevoir signifie faire la paix avec le passé et accepter la générosité de l’expression de l’amour à notre égard.

Cette approche de la Matrice est de type gagnant-gagnant. Reste qu’un important travail sur soi-même est requis. Nous avons des moments d’émotions positives, de bonheur ou d’harmonie que nous transmettons bien entendu à l’Univers. Va-t-il nous les prolonger, favoriser les énergies semblables en retour ? Ce serait vraiment affriolant. Toutefois, que se passe-t-il si nous sommes dans des états négatifs (de colère, d’anxiété ou de nervosité par exemple) ? Sont-ils canalisés aussi par l’Univers vers des vibrations semblables ? Là, ce serait évidemment moins drôle ! Même si, dans l’absolu, ce serait notre faute car nous pouvons bien entendu à tout moment choisir d’arrêter la négativité en nous recentrant sur du positif. Et plus particulièrement en travaillant quotidiennement à contrer la négativité cachée dans nos peurs, nos jalousies, rivalités, etc.

 

Tout ne commence-t-il pas par une prise de conscience de nos pensées et de nos croyances auto-limitantes ?

C’est une affirmation vraie mais qui s’applique à de nombreux domaines sans déboucher automatiquement sur des affirmations New Age. Elles y sont souvent associées et derrière des discours prometteurs se dissimule la vision d’un univers machine à combiner les possibles, une sorte de gigantesque aiguillage automatisé. La récompense y est automatique et la punition aussi ! En voici un exemple parmi d’autres :

« La loi universelle stipule que toute vibration émise augmente ou baisse la fréquence de l'univers ; cette énergie vibratoire se déplace dans le temps et dans l'espace jusqu'à ce qu'elle revienne à l'expéditeur. En revanche, toutes les énergies égoïstes, telles que la cupidité, la jalousie, la domination et l'hypocrisie, ramènera votre taux vibratoire à une fréquence catastrophique. Un autre exemple quand quelqu'un puise l'énergie des autres, il diminue son taux vibratoire. Sachez que le don de soi, une personne à l'écoute, serviable, permet d'élever considérablement son taux.  Je pense que le numéro un pour élever votre fréquence, c'est de travailler sur votre bienveillance et sur la gratitude pour tout ce que la vie vous donne, il faut purifier votre esprit de toutes vos sentiments négatifs, il faut apprendre à pardonner. 

Connaissez-vous l'expression « donnez aux autres ce que vous désirez le plus ». 

Si vous manquez d'amour dans votre vie, donnez de l'amour.

Si vous manquez d'argent, donnez de l'argent.

Si vous manquez de respect, alors donnez du respect.

En donnant aux autres ce que vous désirez, vous augmentez finalement ce qui vous revient. Voici quelques exemples pour augmenter votre taux vibratoire:

Libérez l'attachement émotionnel aux pensées, habitudes, sentiments et croyances négatives.

Exprimez de la gratitude

Méditez et priez si besoin

Reprogrammez votre subconscient pour qu'il fonctionne automatiquement en harmonie avec vos désirs.

Visualisez vos objectifs en détail comme s'ils étaient déjà atteints. Par exemple, vous rêvez d'avoir une belle maison, visualisez-vous entrant dans la maison de vos rêves

Pardonnez à tout le monde.

 

Une fréquence vibratoire élevée.

Toutes les personnes ont le pouvoir de changer leur condition de vie. Des vibrations plus élevées transforment les plus basses. Nos fréquences énergétiques, ont un impact sur l'endroit où nous nous trouvons. Élever sa fréquence énergétique développe également les dons spirituels, l'intuition, les prémonitions, déclenche des rêves prémonitoires.  La fréquence vibratoire augmente également votre magnétisme. Si nous possédons une fréquence élevée, vous aurez la capacité d'entrer en contact avec les êtres supérieurs afin d'être guidé efficacement, d'où la nécessité de d'augmenter son taux. »

De tels conseils sont légions sur le Net : sans être dangereux, ils sèment néanmoins la confusion. Peut-on sérieusement imaginer des réponses automatisées de l’Univers ? Cela créerait un formidable chaos où tout existerait conjointement, le pire et le meilleur à tout instant avec bien entendu des conséquences obligatoires sur les autres surtout si l’Univers ne met aucun filtre. Vous vous mettez par exemple en rage contre quelqu’un en souhaitant le voir mourir : l’Univers va-t-il vous donner gain de cause ? Vous désirez gagner au loto ? Guérir ou en finir avec cette maladie qui vous bouffe toute joie ? La pensée magique n’a-t-elle pas ses limites ? On peut bien sûr toujours insister malgré des résultats non concluants, mais cela pourrait bien devenir alors une névrose.

De manière plus réaliste, les études menées en psychologie appliquée montrent par exemple que 60% de nos soucis ne se concrétisent jamais ! Fort heureusement, dirais-je. Il n’y a donc pas de réponses automatiques de l’Univers.

Il y a cependant un fond de vérité dans l’impact de la négativité sur nos vies. Nous l’avons évoqué dans l’énoncé de la communication gamma : nos cellules reçoivent par ce canal une lecture de ce qui se présente dans l’instant associée au souvenir qui pourrait le mieux nous être utile. Si la hiérarchie de nos souvenirs dominants contient surtout des souvenirs traumatiques, des échecs, ou des convictions intimes négatives, alors tout cela nous sera défavorable et va peser sur notre adaptation à notre réalité. Ici, inutile d’incriminer l’Univers car il s’agit principalement de celui de nos souvenirs de vie qui vont induire un effet placébo ou nocébo, une réponse positive ou négative. Nos convictions intimes sont puissantes, notre corps y est sensible. C’est aussi une forme de loi d’attraction, une lien corps-esprit qui peut être puissant.

 

La puissance de nos convictions intimes

Elle est une réalité incontournable liée à la puissance de nos souvenirs, eux-mêmes liés à nos différentes formes de mémoire cellulaire. Tout s’y inscrit : nos joies et nos malheurs, nos bonheurs et nos traumatismes aussi. 

Une étude de l’Université de Porto Rico, parue dans la revue Nature de janvier 2015, a démontré que le rappel de souvenirs traumatiques empruntait des circuits cérébraux différents ; un souvenir simple passe par l’hippocampe, transite par l’amygdale puis par le thalamus. La réactivation d’un souvenir douloureux, sept jours après l’événement, passe par le cortex préfrontal qui contrôle les émotions, puis par le thalamus - qui est en quelque sorte « le cerveau dans le cerveau » ou si on préfère une gare de triage neurosensorielle gérant nos sensations, nos capacités motrices, les états de conscience, de vigilance et de sommeil – pour être ensuite traité par l’amygdale qui gère les réactions émotionnelles, en particulier la peur. Nous ne sommes donc pas égaux devant nos traumas. Celles et ceux qui souffrent de souvenirs traumatiques ont grand besoin que nous en ayons conscience, et plus encore que leurs souffrances soient reconnues car elles sont souvent associées à de l’hypervigilance. Normalement, notre instinct nous pousse à rechercher la sécurité, le contentement en évitant la douleur ou les situations à fort risque d’échec. Cette quête « instinctive » est fonction de nos vécus : elle est donc unique. Elle peut aussi, en cas de trauma grave ou de choc post-traumatique, s’inverser, sombrer dans l’hypervigilance au point que la personne se sent en permanence menacée et inquiète. Elle subit alors un cortège de réactions émotionnelles et neurovégétatives très handicapantes : souffle court, mains moites, transpiration subite, arythmie cardiaque, nausée existentielles, détresse respiratoire, irritabilité, troubles du sommeil, colère, phobies ou détachement envers autrui. Tout est susceptible de raviver les souvenirs douloureux. Ces réponses émotionnelles nous rappellent l’illusion de pouvoir séparer radicalement la subjectivité et la raison. En vérité, six émotions primaires forment en fait le socle de nos réactions à un stimulus extérieur : la colère, le dégoût, la joie, la peur, la surprise et la tristesse. Or, on a longtemps voulu considérer les émotions comme des phénomènes corporels parasitant, voire asservissant la raison. Mais depuis le milieu des années 1990, en référence aux travaux du neurologue Antonio Damasio, la perspective s’est inversée: sans émotions, on déraisonne. Tout se joue dans le cortex préfrontal ventromédian, à la jonction de zones cruciales pour la logique et l’émotion, où, au moment de prendre une décision, des «marqueurs somatiques» récapitulent l’expérience acquise dans une situation comparable et nous aiguillent vers un comportement adapté. Une atteinte à cet endroit du cerveau nous rend incapables de prendre une décision appropriée et altère profondément nos relations sociales . « Cette région située en profondeur des lobes frontaux, de chaque côté de la ligne centrale séparant les deux hémisphères, nous permet de passer d’un affect à un autre tout en étant très impliquée dans le sentiment de plaisir et de renforcement positif. Les connections entre le cortex ventromédian et le système limbique sont très denses. Elles en font donc une structure idéale pour lier le conscient à l’inconscient et pour donner un sens à nos perceptions en les liant en un tout significatif. De plus, cette région est modulée de façon importante par les neurotransmetteurs impliqués dans la dépression. » 

La puissance de nos convictions intimes est donc liée de manière autonome à celle de nos souvenirs heureux ou traumatiques. Cette mémorisation se fait de différentes manières et dans des zones cérébrales diverses mais elle se fait aussi, ce qui est moins connu, à travers l’eau. Après les travaux du Dr Benvéniste et du Dr Masaru Emoto, une équipe allemande de l'Aerospace Institute de Stuttgart démontre la Mémoire de l’Eau : Les scientifiques Allemands pensent qu’au fur et à mesure que l’eau voyage elle accumule et conserve les informations de tous les endroits à travers lesquels elle a voyagé. Etant donné que le corps humain est constitué à 70% d’eau, nous pourrions en tirer la conclusion, d’après ces nouvelles découvertes, que les larmes humaines peuvent conserver la mémoire unique d’un être : a réserve d’eau du corps abriterait ainsi une réserve entière d’information liée à l’expérience de l’individu.

Notre adaptation au monde se fait ainsi à travers nos différentes mémoires qui sont véhiculées à travers l’eau et à travers les ondes gamma. Elles sont réactualisées tant que nous les maintenons en vie ! Elles orientent notre adaptation au monde, à ce qui se présente, plus sûrement qu’une loi de l’attraction. Nos différentes mémoires sont des filtres puissants d’encodage de note réalité à tous les niveaux : émotionnel, intellectuelle, relationnelle, culturel ou spirituel. Elles nous facilitent – et nous compliquent aussi bien entendu – notre adaptation à notre réalité. Celle-ci n’est pas perçue de manière objective : C’est notre corps-esprit qui construit la réalité ; en dehors d’un observateur pour le décrire, le monde n’existe pas. Il y a deux niveaux de réalité : une « réalité de premier ordre », celle que nous percevons par nos cinq sens, et une « réalité de second ordre », la signification que nous donnons à la première réalité. Elle peut être très puissante. Ainsi, si vous dites à une personne sous hypnose de plonger sa main dans un récipient d’eau froide que vous décrivez comme étant de l’eau bouillante, il va le faire et sa main en ressortira avec des cloques !

Autres exemples avérés : nous pouvons mourir de peur (de rire ou de tristesse) ou guérir miraculeusement.

o Un journaliste voulut faire un reportage sur les clandestins mexicains qui entrent aux USA par des trains de marchandises. Il se rend donc par une froide nuit d'automne à la gare frontière et se faufile entre les gardes-frontières et leurs chiens; il se jette dans un wagon. Le train démarre. Au bout d'un moment, notre journaliste a froid. Il entend un bruit comme s'il était dans un wagon frigorifique. Notre homme tente d'ouvrir la porte: impossible. La panique le gagne. Il sera retrouvé mort de froid. Le journaliste avait pris soin d'écrire son agonie sur le mur du wagon. Mais cette nuit-là, c'était juste un ventilateur qui faisait du bruit.

o Une histoire vraie raconte qu'un homme était malade dans un hôpital autrichien. Malgré une batterie d'analyses, les médecins ne parvenaient pas à identifier sa maladie. La situation se dégradait. Un jour, le médecin-chef annonce au patient qu'un célèbre colloque de Vienne allait venir et qu'il lui soumettrait le cas. Le lendemain, comme promis, le confrère arrive dans la chambre du malade; après les salutations d'usage, le médecin prend la fiche, la lit attentivement et prononce un seul mot: moribundus. Après quoi toute l'équipe s'en va. Le patient heureusement ignorait le sens de ce mot latin. Il s'est, rassuré et joyeux, dit que le célèbre médecin avait identifié sa maladie, qu'il allait donc guérir. Et en effet, le patient très vite a retrouvé la santé.

Notre adaptation au monde dépend ainsi de nombreux facteurs environnementaux évidemment mais aussi de facteurs plus subjectifs liés à nos souvenirs et à nos convictions intimes, à nos peurs, nos désirs obsessionnels, nos addictions ou nos délires. Tout cela joue un rôle non négligeable, tout cela contient une force d’attraction qui nous fait rechercher d’une manière unique le contentement, la sécurité, éviter la douleur, l’échec ou la paralysie.

 

Un Univers qui nous veut du bien 

c’est vite dit quand on songe aux maladies génétiques innombrables, aux souffrances inutiles, aux catastrophes naturelles aux épidémies (la grippe de 1919 a fait 20 millions de morts !), aux accidents stupides, à l’exploitation de l’homme par l’homme, etc. Bien sûr, le nazisme n’a pas triomphé (il a fait entre 50 et 70 millions de morts dont 6 rien que pour la Shoah !), pas plus que le communisme (les diverses tentatives de construire «l'homme nouveau» ont provoqué, par le monde, la mort de 65 à 85 millions de personnes !). Il faudrait encore y ajouter les morts du camp opposé liées à l’exploitation, à la famine, à la pauvreté ou encore aux conflits armés exportés pour des raisons géopolitiques. La bombe atomique n’a pas engendré l’hiver nucléaire sur Terre. L’apartheid est tombé. Toutefois, les gouvernements liberticides perdurent tout comme le capitalisme prédateur. Il nous manque toujours et encore cette pacification des humains rendue difficile par la nécessité d’allier trois cerveaux en devant par ailleurs « remplacer » (ou compléter) l’instinct par des valeurs sociales, culturelles ou spirituelles, tout cela avec la conscience d’être en sursis permanent face à la mort ou face au caractère imprévisible de la vie. 

Tout peut arriver et personne ne peut se prétendre en sécurité. Alors, par réaction, nous demeurons sous l’emprise de l’égocentrisme, dans l’obsession de n’avoir qu’une vie dont il faut impérativement pouvoir profiter au maximum. Ce n’est donc pas la générosité ou la coopération qui se généralisent mais au contraire le fameux chacun pour soi (et dieu pour tous) ! Nous cherchons majoritairement le contentement et la satisfaction dans la jouissance des biens de ce monde, souvent synonyme de plaisirs divers et frivoles...Nous le faisons plus ou moins consciemment en relativisant le Souverain bien auquel nous opposons volontiers une souverain « nul n’est parfait en ce bas monde ! » Et nous souffrons bien entendu majoritairement de nos attachements excessifs à nos représentations du bonheur.

Nous pouvons bien sûr voir cet Univers qui nous veut du bien dans les grandes orientations qui ont favorisé notre avènement : l’histoire de la matière et son équilibre, prolongée par l’avènement de la VIE avec sa prodigieuse diversité et son équilibre, tout ce qu’il a fallu ensuite pour nous doter d’un cerveau capable d’interagir plus subtilement avec la Conscience cosmique. L’évolution pourrait bien ici ne pas être à son terme...

Nous pouvons également trouver dans nos vies, nos histoires personnelles, des facteurs d’équilibre qui nous ont permis d’avancer vers un partenariat plus créatif : faire mémoire de ces moments d’intuition, de prémonition, d’inspiration, de ces heureux hasards, de ces coïncidences ou de ces synchronicités. Oui, assurément. 

Reste qu’à mon humble avis, la fonction automatique de la loi d’attraction concerne essentiellement les fonctionnements basiques de notre corps-esprit ; pour le reste, une interaction est requise, une volonté commune est nécessaire pour orienter nos futurs. Nous avons la liberté entière d’y consentir ou pas ! Rien ne nous est imposé. Il n’y a nulle part où aller, aucun pèlerinage à accomplir, aucune volonté « divine » à respecter en préalable ; aucune soumission, obéissance inconditionnelle n’est demandée ! Ne sommes-nous pas l’Univers qui fait l’expérience de lui-même depuis un point de vue singulier ? Nous avons reçu je crois la liberté de dieuser...sans être pour autant séparé de la Source. Nous le pouvons par exemple en élevant notre taux vibratoire.

 

AUGMENTER SON TAUX VIBRATOIRE

Qu’est-ce que le taux vibratoire ?

 

Avant de comprendre ce qu’est le taux vibratoire, il importe de revenir sur la célèbre phrase d’Albert Einstein : "tout est énergie" ou "tout est vibration". En effet, nous sommes constitués d’énergie et tout ce qui nous entoure l’est aussi : les animaux, les végétaux, les minéraux, les lieux et même les objets !

 

Cette énergie peut être mesurée de différentes manières. Le plus simple - et sans doute le plus courant - étant d’utiliser un pendule. Le résultat ainsi obtenu indique le taux vibratoire et se mesure en Unités Bovis (UB). Chacun étant bien entendu différent, nous avons tous notre propre taux vibratoire qui peut varier selon notre état du moment (santé, humeur, émotions...etc.)

 

Beaucoup s’entendent à dire que le taux vibratoire "normal" d’un être humain oscille entre 6000 et 9000 UB. Pour avoir fait quelques expériences avec des amis afin de déterminer le taux vibratoire de certains objets ou lieux, je peux affirmer que les résultats obtenus varient d’une personne à l’autre.

 

Ceci s’explique peut-être par le fait que nous percevons le taux vibratoire des autres personnes ou choses à partir du nôtre. Quoiqu’il en soit, une expérience sur des boîtes contenant des objets dont on ignorait tout a pu toutefois démontrer que chacun d’entre nous trouvait les mêmes variations : autrement dit nous avons tous trouvé quel était l’objet qui avait le plus faible taux vibratoire, le plus élevé...etc.

 

Ceci nous montre que les chiffres n’ont pas une réelle importance. Ce qui est intéressant, c’est de mesurer l’évolution d’un taux à différents moments pour vérifier si celui-ci est en hausse ou en baisse.

 

Pourquoi augmenter son taux vibratoire ?

 

* Offre la meilleure protection contre les basses vibrations (énergies indésirables)

* Nous maintient en bonne santé et nous aide à nous sentir bien

* Contribue à notre bien-être sur tous les plans (physiques, psychiques, émotionnels, spirituels...), nous permettant d’accueillir bonheur et joie de vivre

* Nous permet d’accéder à des états de calme et de paix intérieure

* Participe à la libération facile et rapide de toutes les énergies qui ne vous conviennent plus

* Nous relie à notre guide intérieur pour trouver notre chemin et nous diriger vers ce qui va nous rendre plus heureux

* Nous aide à attirer et à manifester rapidement tout ce que l’on souhaite

* Facilite la connexion avec notre âme, nous permettant d’entrer en contact avec elle

* Augmente la magie dans notre vie (chance, synchronicités...)

 

Comment augmenter son taux vibratoire ?

Rire

Regarder des comédies, des spectacles comiques...

Pratiquer le yoga du rire

Sourire

Le sourire porte aussi en lui de très bonnes vibrations

Prendre l’habitude d’ajouter un sourire à tout ce que nous faisons

Chanter

Chanter une chanson que nous aimons, qui nous apaise, nous met du baume au cœur ou qui nous donne envie de danser

Bouger

Bouger permet de faire circuler l’énergie de notre corps et d’évacuer les tensions tant physiques que psychologiques

Marcher, danser, pédaler ! Faire du jogging, de la gymnastique, du yoga, du qi-gong...etc.

Trouver une manière de bouger qui nous plaise afin de la pratiquer dans la bonne humeur et d’amplifier considérablement l’augmentation de notre taux vibratoire

Écrire

Écrire chaque jour, 3 raisons qui font que nous sommes heureux, 3 choses pour lesquelles nous éprouvons de la gratitude

Lister ses qualités, ses compétences (aide à reconnaître sa propre valeur et à augmenter l’estime de soi)

Faire ce que l’on aime et/ou ce qui nous détend

D’une manière générale, lorsque l’on prend plaisir à faire quelque chose ou que l’on se sent détendu, notre taux vibratoire s’élève !

Faire des activités dans lesquelles nous sommes à l’aise nous permet de prendre davantage confiance en nous. Or la confiance en soi est aussi un facteur important pour l’augmentation du taux vibratoire

S’amuser, se faire plaisir !

Agir

Lorsqu’on hésite à faire quelque chose, c’est qu’une peur (= basse vibration) nous freine ; pour la faire disparaître, agir est le meilleur remède

Le moindre petit geste peut engendrer de grands changements !

Entrer en contact avec Mère Nature

S’émerveiller devant tout ce que la nature nous offre

L’observer avec attention, amour, respect, bienveillance...

L’écouter (le chant des oiseaux, le vent dans les arbres...etc)

Sentir ses odeurs (parfum des fleurs, de l’herbe après la pluie...etc)

Manger sainement

Privilégier une alimentation vivante (fruits, crudités...) et de préférence biologique

Éviter la viande qui conserve les mémoires de l'animal, notamment les peurs qu'il a ressenti lors de l'abattage. Ces énergies négatives pénètrent ses chairs, y restent inscrites (même après cuisson) et sont ensuite absorbées dans votre organisme lors du repas.

Voir le positif en toutes choses

Quelques soient les situations que l’on rencontre, garder à l’esprit que tout arrive toujours pour notre bien et que nous sommes les créateurs de ces événements

Prendre conscience que tout ce qui nous semble tragique est là pour nous permettre de grandir et qu’en acceptant la situation, nous gardons les idées plus claires pour accueillir le positif à venir

Prononcer des affirmations positives

"Je suis bien", "je suis heureux", "je suis zen"...etc.

"La vie est belle", "tout est parfait"...etc.

Avoir de la gratitude

Être reconnaissant pour tout ce que nous sommes et tout ce que nous avons

Remercier chaque jour pour notre chance permet de focaliser notre esprit sur ce que nous avons et donc de créer plus de chance dans notre vie et de réaliser plus de souhaits

S’aimer

S’aimer de toutes les façons possibles : se respecter, s’écouter (écouter son cœur plutôt que son mental), se remercier, se féliciter, se faire plaisir...etc

Apprécier son reflet dans le miroir, se sourire

Respirer consciemment et profondément

La respiration consciente aide à rétablir la circulation de notre énergie vitale

Méditer

Prendre conscience que l’on devient et que l’on obtient ce sur quoi l’on médite

Prononcer le son OM / AUM

Le son OM est le son originel et universel

Il émet une vibration très puissante qui peut nous aider sur notre chemin de guérison et de paix intérieure.

Demander à son âme, à l’Univers, à Dieu, à la Lumière, à l’Energie divine, à son ange gardien, à la Flamme Violette...etc.

Quelque soient nos croyances, nous pouvons demander de l’aide aux mondes invisibles en émettant le souhait qu’ils nous purifient, qu’ils nous rechargent ou simplement qu’ils augmentent notre taux vibratoire.

Se rendre dans un haut-lieu énergétique

=> Pour maintenir un taux vibratoire correct, il est important que celui de notre lieu de vie le soit aussi. En effet, si notre habitat contient des vibrations basses, il contribuera à la diminution de notre propre taux vibratoire. En cas de doute, faire appel à un géobiologue.

 

À partir de l’adresse <http://www.electronslibres.org/t553-augmenter-son-taux-vibratoire>

 

Tout est VIE (vibration/information/énergie)

 Comme l'explique bien Lise Bourbeau, nous quittons progressivement la dualité, l’illusion de la séparation avec les plans divins, pour revenir dans l’unité, la conscience de l’UN, indivisible. Avons-nous un quelconque choix dans cette nouvelle réalité ? Bien sûr, celui d’y résister, de le refuser, de l’ignorer ou de nous y opposer. 

Nous gardons néanmoins une liberté de choix singulière : de quel côté allons-nous faire pencher la balance ?

 

Dans cette approche, atteindre l’état christique, l’attraction positive ne signifie pas agir toujours PARFAITEMENT, en ayant des comportements ou des attitudes univoques. C’est utopique. Personne ne peut y arriver, du moins difficilement sans se surveiller en permanence et se contraindre ! S’accepter véritablement signifie aussi accepter tout ce que nous considérons comme négatif à notre sujet avec son pouvoir d’attraction tout aussi présent dans notre vie. C’est reconnaître que nous avons des faiblesses, des peurs, des blessures, que nous sommes parfois incompétents, etc.

Tout vibre, mais à des degrés différents. Tout vibre à sa manière, selon l'endroit où l’on se trouve et selon son niveau de conscience. Comme nous vibrons tous mais de manière différente, le mouvement de certaines formes de vie peut nous paraître difficile à percevoir, comme s’il était inexistant. C'est notamment le cas du Cosmos qui vibre constamment, mais à un degré si élevé qu’on peut avoir l’impression qu’il est immobile.

Tout est vibration et tout vibre constamment, même quand nous dormons. 

La fréquence vibratoire dominante de notre corps est déterminée par l'état vibratoire auquel on se connecte le plus souvent. Quelqu'un qui est en grande souffrance porte tout de même en lui de la joie. Seulement, il ne s'y branche pas et n'allume que peu souvent cet interrupteur qu'il porte pourtant en lui. Il a fini par oublier qu'elle faisait partie de lui. L'homme dispose potentiellement d’une quantité importante d'états vibratoires qu'il n'utilise pas assez. L’activer, l’explorer et l’utiliser réclame non seulement du temps mais de l’exercice. Il faut entretenir notre palette d'états vibratoires si nous voulons y avoir accès selon notre volonté. Savoir utiliser cette palette vibratoire peut nous permettre de changer notre fréquence habituelle « instinctive ».
C'est ainsi qu'on parvient à métamorphiser notre rapport corps-esprit.

Pour nous métamorphiser, nous devrons (ré)apprendre à raviver les états vibratoires plus lumineux. 

Si l’on se branche sur la fréquence de l’amour à sa plus haute intensité, on peut changer l’état vibratoire principal de notre corps physique et le faire vibrer à la même fréquence que celle de l’Amour Divin.  Ce principe général s’applique évidemment aussi aux vibrations inférieures comme par exemple celle de l’argent, de la colère,  de l'envie ou du détachement : ce sont des fréquences auxquelles on se branche dès que l'on les ressent en nous, consciemment ou inconsciemment. En effet, chaque action, pensée ou parole nous branche à une fréquence. Plus on se branche fréquemment à une même fréquence, plus elle influence nos corps vibratoires et nous fait vibrer à cette fréquence répétitive. Plus on se branche à une fréquence, plus nos corps seront influencés par cette fréquence.
 
En se contrôlant, on peut par conséquent décider de se brancher à n'importe quelle vibration et changer notre état vibratoire, au lieu de le subir.

 

La fréquence de notre corps entier est l'amas de toutes les autres fréquences;  si toutes ces fréquences sont bien alignées, en résonance harmonique, chaque niveau sera en bonne santé (de Planck à notre corps et certainement plus loin, avec la planète, le soleil, le système solaire, la galaxie, l'univers, etc.).

Si un niveau (ou plusieurs) dévie de ce niveau de résonance harmonique, un mal être, des maladies peuvent survenir.

Visualisation proposée par Nassim Haramein : Considérez que votre propre corps est essentiellement constitué d’espace. Fermez vos yeux et faites l’expérience de l’espace dont vous êtes fait et de l’espace qui vous entoure, vibrant comme un cristal. Imaginez alors que la vitesse de vibration de la structure de votre cristal biologique au sein de la structure du vide équivaut à de l’information se déversant en vous et en dehors de vous, de la même façon que le cristal de quartz d’un poste de radio s’accorde à une certaine fréquence afin de permettre d’écouter une station radiophonique particulière. Dans le corps, si le cerveau est l’antenne radio, le bouton ou la molette qui sélectionne la fréquence est le cœur. C’est le cœur qui définit la fréquence des informations reçues à travers le rythme de la dynamique des fluides de votre corps, et qui peut être altérée par votre état émotionnel. La connaissance est à chercher dans le cœur et par lui: c'est notre état émotionnel qui nous permet d'aligner notre antenne avec le champ, l'information; il faut sentir de manière empathique notre connexion avec le tout pour que notre antenne soit correctement dirigée.

Au centre des triangles : 528 Hz est considérée comme la vibration de l’amour universel. Elle est utilisée par les biochimistes en génétique pour réparer et reprogrammer l’ADN déstructuré. Elle a même permis de dépolluer une partie du Golfe du Mexique.

396 Hz c'est la fréquence qui vous libère des peurs et de la culpabilité.

639 Hz c'est la fréquence qui influence l'équilibre relationnel et la tranquillité . L’unification avec le tout et les connexions neuronales.

963 Hz c'est la fréquence qui nettoie la glande pinéale.

417 Hz c'est la fréquence vous aide à contrôler vos émotions. Cette fréquence nettoierait des expériences traumatisantes et dégagerait les influences destructives d'événements passés.

147 Hz rehausse la concentration et le processus de prise de conscience, est considéré comme un régulateur.

 174 Hz c'est la fréquence de base pour stabiliser votre évolution et réduire la douleur physique. C’est la sécurité et la sérénité.

852 Hz est l’éveil de l’intuition et le retour à l’ordre spirituel, Amour inconditionnel.

285 Hz c'est la fréquence qui permet d’accélérer la conscience. Avec elle vous pouvez accéder à la vérité et la sagesse.

Fréquence 174 htz c'est la fréquence de base pour stabiliser votre évolution

Il semblerait que pendant la méditation, elle permettrait de se concentrer sur la dimension du soi. Elle tend également à réduire la douleur physique; cliquez ici pour l'écoute

Fréquence 417 htz c'est la fréquence vous aide à contrôler vos émotions

Cette fréquence nettoierait des expériences traumatisantes et dégagerait les influences destructives d'événements passés; cliquez ici pour l'écoute

Fréquence 741 htz c'est la fréquence qui nettoie les cellules toxiques 

Cette fréquence aurait à la particularité de nettoyer les cellules des toxines et de réveiller l'intuition.

Elle aiderait à une vie plus simple, et également aux changements de régime vers la nourriture saine; Cliquez ici pour l'écoute

Fréquence 285 htz c'est la fréquence qui permet d’accélérer la conscience. Avec elle vous pouvez accéder à la vérité et la sagesse

cliquez ici pour l'écoute

Fréquence 528 htz c'est la fréquence de guérison; cliquez ici pour l'écoute

Fréquence 396 htz c'est la fréquence qui vous libère des peurs et de la culpabilité. Cette fréquence libèrerait l'énergie et aurait des effets avantageux sur les sentiments de culpabilité. Elle permettrait de nettoyer le sentiment de culpabilité, qui représente souvent un des obstacles de base pour sa réalisation, permettant l'accomplissement de buts de la façon la plus directe; cliquez ici pour l'écoute

Fréquence 639 htz c'est la fréquence qui influence l'équilibre et la tranquillité . Cette fréquence permettrait la création des relations interpersonnelles harmonieuses. Elle peut être utilisé pour aider dans des problèmes de relations; Cliquez ici pour l'écoute

Fréquence 963 htz c'est la fréquence qui nettoie la glande pinéale

C'est ma préférée parce que je la trouve extrêmement efficace. D'ailleurs je l'utilise quasiment tous les jours et j'ai pu constater les changements. Je vous rappelle que votre glande pinéale est considérée comme votre 3ème œil, c’est presque un deuxième cerveau qui a une importance capitale dans votre vie de tous les jours. Il se peut qu'au début vous ayez mal à la tête et que vous ne pouviez pas tout écouter. C'est normal car cette fréquence est puissante mais vous allez voir qu'au fil du temps vous ne sentirez plus rien; cliquez ici pour l'écoute

Nous aurions ainsi intérêt à ressentir profondément un lien avec la Source, la Conscience cosmique, à vibrer la confiance, la reconnaissance, l'émerveillement ou la complicité, autant d'états vibratoires qui nous permettent ensuite de projeter des bulles de réalité - des attentes, souhaits, désirs, besoins - dans notre futur proche. C'est ainsi que nous créons, attirons et repoussons tout et partie de notre réalité.

Si tout vibre à des degrés différents avons-nous encore un libre arbitre ?

Le choix demeure

La réponse est à nuancer. Nassim Haramein le fait ainsi : « Le libre-arbitre est seulement un phénomène local. Localement, vous avez votre libre-arbitre ; vous pouvez interpréter les choses autour de vous comme vous le voulez. Mais, il existe aussi des échelles plus grandes que la vôtre qui font la même chose. Et vous êtes influencé par ces plus grandes échelles de la création. Si vous vous écartez trop de votre chemin, ces plus grandes échelles vont faire en sorte que vous y reveniez. Car il existe un système de « sauvegarde » de l’univers. Pour que les choses puissent toujours aller vers plus de cohérence et pour empêcher qu’une chose puisse tout à coup tout détruire.

Imaginons que vous croyiez en la réincarnation ; vous vous tirez une balle dans le pied, ça fait mal, vous en mourrez… peu importe. Vous revenez, vous le refaites encore… damn ! Je l’ai encore fait ! Ok. Vous revenez. A un moment donné, vous comprenez que vous tirer une balle dans le pied n’est pas le meilleur moyen pour être heureux. L’univers vous amènera toujours vers plus de cohérence.

Et en fait on peut même le voir dans nos équations. Peu importe que notre physique s’éloigne de plus en plus de la réalité, qu’il faille ajouter un nombre infini de dimensions, à la fin, nous ne pouvons pas nous séparer de la vérité. Car la vérité est là. Même si on ne la comprend pas. Même si elle n’est pas complète dans nos équations. Le mécanisme de l’univers nous amène toujours vers plus de cohérence. » Source: RSF.

Nous gardons ainsi la liberté d’être en phase ou non avec cet univers qui tend à toujours plus de cohérence.
Ce qui veut dire sans doute aussi qu’il se dirige vers toujours plus de complexité, peut-être même vers ce qui permettrait encore une meilleure communication avec la Conscience globale, et aussi un meilleur partenariat. À l’échelle d’une vie humaine, il est difficile de s’en faire une certitude : elle est simplement logique et factuelle avec cet intérêt croissant, ces avancées communes dans des domaines ésotériques comme les sorties de corps, les états modifiés de conscience, les expériences de mort imminente, etc. Même s’il n’y a pas entièrement convergence des luttes ou des référentiels pour aborder ces expériences de vie, les partages se font, la parole se délie permettant de nouvelles approches spirituelles de la complexité. Nous comprenons mieux le lien entre la Conscience étendue, cosmique et tous ces phénomènes. Un commencement de preuve a même été apporté à travers l'étude des capacités de Nicolas Fraisse.
Nous aurons peut-être à l'avenir de plus grandes possibilités d'interagir, par des moyens naturels ou des technologies appropriées, avec l'Univers.

 

Méditer pour élever son taux vibratoire est simple, mais long, parce qu’il faut s’appliquer à exercer un être qui n’est tout d’abord que fruste, maladroit, grossier dans ses manières. Puis à mesure que l’on travaille, l’on découvre ce qu’il est possible d’atteindre, et l’on ne peut que s’en inspirer.

Vous pouvez, si vous le voulez, appliquer une technique tout simple.

  1. Imaginez une lumière pure, aussi pure que vous pouvez le concevoir.
  2. Laissez-la entrer en vous, visualisez cette lumière avec autant de réalité que possible. Efforcez-vous de la créer, de lui donner vie, de ne plus seulement l’imaginer. Lorsqu’elle entre en vous, par la tête, la lumière vous purifie. Elle ne se charge pas de vos basses vibrations, elle est trop pure pour cela, mais elle vous débarrasse des vôtres.
  3. Laissez cette lumière descendre, ressentez la bienveillance, la complicité, la tendresse, la confiance en elle à votre égard. Voyez comme elle se diffuse à travers votre être et en dépasse les frontières, parce qu’elle rayonne pour l’instant bien plus que vous ne le pouvez.
  4. Lorsque vous êtes empli de lumière, profitez de sa chaleur, de sa pureté aussi longtemps que vous le pouvez.
  5. Lorsque vous sentez qu’elle vous fuit, prenez le temps de l’accompagner, de la faire sortir en douceur, en vous sentant plein d’énergie, de sensations nouvelles, fines, précieuses.