Home » Bénir, vraiment?

Pourquoi faudrait-il (serait-il bon, judicieux, etc.) d'apprendre à bénir?

Tout d’abord, le verbe bénir signifie dire du bien, vouloir le bien, voir le bien, penser le bien ou souhaiter le bien. C’est envelopper de lumière une situation ou un individu. Il n’a donc pas l’unique connotation religieuse connue. Bénir peut tout à fait s'utiliser dans un sens laïc ou existentiel.

Pourquoi serait-il bon d'apprendre à envelopper de lumière une situation ou un individu?
Voici quelques éléments de réponse.

 

Considéré comme le père de l’épigénétique, Bruce Lipton affirme que nous ne sommes pas prisonniers de notre hérédité et que d’autres facteurs, tels que nos pensées et l’environnement, ont une influence sur nos gènes.

« C’est votre vie qui n’est pas en harmonie. Si vous modifiez votre façon de vivre et vos pensées, vous transformerez complètement votre état de santé, car c’est l’esprit qui contrôle tout cela. »

Il s’avère que 70 % de nos pensées sont négatives et répétitives. C’est comme si on ingérait près des trois quarts de poison pour un quart de guérison. En résumé, si vous désirez maîtriser votre santé, la première chose à faire est de contrôler vos pensées. Et si vous le faites, vous aurez le contrôle de votre vie.

il est important de comprendre que 95 % de ce que nous pensons provient de notre inconscient. Mais attardons-nous d’abord à la partie consciente de notre cerveau. Le conscient est notre identité personnelle, qui nous sommes, notre partie créative. Notre conscient est comme un ange à l’intérieur de notre tête.

Mais le problème, c’est que nous créons notre vie de manière consciente — à partir de nos souhaits et nos désirs — seulement 5 % de notre journée. Si notre esprit et notre conscience ne contrôlent que 5 % de notre vie, c’est que pendant 95 % de notre journée, notre conscient se questionne constamment sur ce que nous allons faire.

C'est vraiment affligeant, non?
Surtout en sachant que ce régime subconscient est géré en grande partie par le nerf vague dont on ne parle pas assez.
Si nous voulons tendre à une meilleure harmonie, il va falloir envelopper de lumière le conscient et le subconscient.
Comment? En nous focalisant sur ce qui est bien, beau, bon, utile, agréable ou nécessaire, tout ce pour quoi nous pouvons nourrir de la fierté, de la gratitude, de l'émerveillement.

Il s'agit donc de transformer ce qui nous a blessé en une nouvelle expérience positive. La bénédiction se place dans l'entre deux, entre le passé et l'avenir, dans un temps suspendu de reconnaissance de ce qui est, d'une souffrance abordée de là où règne la force et la clarté, plutôt que dans la faiblesse de la rage et de la souffrance : alors quelque chose peut se produite. La douleur s'en va, elle quitte notre corps pour être remplacée par un nouveau sentiment. C'est possible parce que notre cerveau ne peut pas juger et bénir en même temps !

La beauté (comme la bonté d'ailleurs) détient le pouvoir de transformer le monde et notre vie : il s'agit de trouver la façon de voir au-delà du négatif, de nos blessures, souffrances, douleurs, la beauté qui est déjà là.

 

— La bénédiction nous enlève tout le stress, tout le poids d’une situation. Nous n’avons plus à penser aux solutions, à chercher comment résoudre une situation à tenter de trouver l’issue ou la solution. C’est comme si nous pouvions délier de l’intérieur toutes situations non harmonieuses pour établir l’harmonie totale et parfaite.  

— La bénédiction génère en nous une grande paix, une force tranquille et une formidable énergie.  

— La bénédiction vient à bout de toutes les résistances, elle anéantit les obstacles qui se dressent sur notre chemin et nous permet de changer le cours des choses dans l’harmonie. 

— La bénédiction multiplie les choses positives dans nos vies et nous permet de nous doter d’une plus grande solidité intérieure. 

— La bénédiction nous permet d’aider quelqu’un à distance, de pacifier les autres et de voir se produire l’impossible. Gregg Braden parle d'une étude menée en 1972 aux USA sur 24 villes de plus de 10'000 habitants qui a donné des résultats significatifs : la violence diminuait grâce à la prière de gens , une centaine, qui ressentait la paix.  

Elle peut même accomplir des miracles: 

Après qu'un violoncelliste japonais ait souffert d'un cancer, il a essayé de combattre la maladie, mais il s'est senti de plus en plus mal. Il a fixé son esprit et a décidé d'aimer toutes les cellules cancéreuses de son corps. Il a considéré la douleur intense du cancer comme un "service de réveil", avec des bénédictions et de la gratitude. Il l'a trouvé bon. Alors il a décidé d'aimer toute sa vie, y compris tout le monde, tout. Au bout d'un moment, il était inattendu que toutes les cellules cancéreuses aient disparu. Plus tard, il est devenu un thérapeute connu au Japon.

 

Ou rétablir ce qui devrait être:

" Lorsque vous bénissez vous transformez ce que vous croyiez être l’ennemi (pensées, sentiment, l’autre, la situation, etc.) en ami. Ce qui, en apparence vous nuisait, se transforme pour votre plus grand bien. Cela simplement parce qu'en bénissant vous retirez le pouvoir de l’illusion de la matière afin de laisser s’épanouir la véritable Puissance qui est Divine.


Évitez l’excuse que va vous suggérer votre mental qui va vous faire penser : « je ne peux pas maintenant, je vais trop mal, je le ferai lorsque ça ira mieux ». Lorsque vous êtes malade, attendez-vous d’être guéri avant de prendre vos médicaments ? Non évidemment. Vous vous soignez lorsque la maladie est là. Alors, il en est de même pour les maladies de la Vie, c’est lorsque cela va mal qu’il faut agir. Et lorsque cela va bien, continuer à progresser sur le bon chemin.

Bénir est simple. Dites : « Untel je te bénis », « je bénis mon corps », « je bénis ce lieu », « je bénis ma maison », « je bénis ce médicament », « je bénis cette situation », etc. Faites dans la conscience de ce que vous faites. Ne dites pas « je te bénis » en étant aux aguets du résultat. Vous bénissez, alors pensez à ce que vous faites à l’instant présent : une bénédiction. 

Faites-le réellement avec foi, intensité. Au début, vos bénédictions seront peut-être tièdes, mais au fur et à mesure, vous le ferez plus ardemment.

L’Amour est la clé. La bénédiction est une porte qui s’ouvre sur une autre dimension de la conscience, de la Vie."
Micheline Ruch.

Où situer cette véritable puissance divine?

Elle est l'Esprit intelligent et conscient dont parlait Max Planck. La Matrice de Gregg Braden. La Conscience et l'Intelligence universelle de la Science Unifiée de Nassim Haramein. Ce feedback permanent par lequel l'Univers se connaît et nous connaît! 

En bénissant, nous retirons le pouvoir de l'illusion construite durant toute notre vie.
Nous informons le vide, la mémoire de l'espace-temps des changements que nous souhaitons apporter à la Vie, à notre vie. Et ce faisant - surtout si notre ressenti est vrai et profond - nous posons de nouveaux repères  lumineux sur notre ligne de vie.
Nous créons, nous attirons, nous repoussons. Ce qui va permettre d'autres émergences, d'autres rapprochement d'énergies similaires; avec en plus aussi des intuitions, prémonitions, pressentiments, heureux hasards, coïncidences ou synchronicités.

La communication par feedback se fait, en plus du nerf vague, de notre cerveau qui est une antenne fractale, de la glande pinéale ou du liquide céphalorachidien, à travers des canaux et des supports bien définis:

Bénir signifie dire du bien, vouloir le bien, voir le bien, penser le bien ou souhaiter le bien. C’est envelopper de lumière une situation ou un individu, soi-même aussi bien entendu. Voilà ce qui devrait être le chemin et le but: le souverain bien.