Home » À revoir » Le New Age

Le New Age: entre rêve et réalité.

Pour le New Age, il n’y a qu’une réalité, la grande énergie cosmique d’essence divine, tout le reste est illusion. L’enjeu majeur est d’y croire, et donc de faire un travail important et régulier sur soi-même. Toute la vie intérieure est soumise à une entreprise de reconstruction visant à décoincer nos idées nées d’un rationalisme mutilant qui nous fait vivre dans un monde désenchanté et desséché, qu’il est bon de dépasser par la connaissance ou l’illumination intérieure, le tout teinté de subjectivité. Importent surtout le contenu de l’inconscient, le ressenti ou encore le divin qui est en nous. Il s’agit essentiellement d’assurer son épanouissement psychique personnel pour qu’il se traduise en termes de santé corporelle dans l’harmonie avec le Tout divin. Comment réaliser ce tour de force ? Les recettes abondent, c’est à chacun de voir ce qui lui convient le mieux. Il s’agit encore et toujours de croire à une magie en dehors de toute approche rationnelle. Même si la subjectivité est notre vérité terrestre, il n’est pas bon de congédier la raison ou le savoir scientifique. La question de savoir si l’on peut imaginer « reprogrammer » notre entité biologique corps-conscience, changer simplement et facilement de conditionnement pour obtenir une réponse positive de l’Univers demeure pertinente. Ce d’autant plus que le département génétique de l’Université de Genève vient d’annoncer avoir découvert que nos traumatismes sont mémorisés par un gène et qu’ils se transmettent de surcroît aux descendants sur trois générations. Cela devrait nous inciter dans un premier temps à la prudence, pour aller ensuite si possible vers une clarification des enjeux et des moyens d’y remédier.

Neale Donald Walsch

Voici par exemple ce qu'il nous dit: 

En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …que vous avez été créé pour créer, pas pour réagir.

La création est la forme la plus élevée de la Divinité, et c’est un droit de naissance. En vérité, vous êtes en train de créer tout le temps. La question cruciale dans votre vie est de savoir si vous le faites consciemment ou inconsciemment.

La création consciente est requise maintenant.

Arrêtez ces pensées négatives. Faites avec ! Demain attend de voir ce que vous avez décidé qu’il sera.

Menez votre barque ! Faites ce qu’il faut ! Vous êtes aux commandes ! Avec tout mon amour, votre ami …Neale.

Il y a une invitation à la pensée magique. "Rien ne se produit dans ta vie — rien — qui ne soit d’abord une pensée. Les pensées sont comme des aimants qui attirent des effets vers toi. La pensée n’est peut-être pas toujours évidente, ni clairement causale, comme dans «Je vais contracter une terrible maladie». La pensée peut être (et est habituellement) beaucoup plus subtile que cela. («Je ne suis pas digne de vivre».) («Ma vie est toujours gâchée.») («Je suis un perdant.») («Dieu va me punir.») («Je suis écoeuré de la vie!»)

Les pensées sont des formes d’énergie très subtiles mais extrêmement puissantes. Les paroles sont moins subtiles, plus denses. Les actions sont les plus denses. L’action, c’est de l’énergie sous une forme physique lourde, en mouvement lourd. Quand tu penses, parles et agis à partir d’un concept négatif, tel que «Je suis minable», tu mets en mouvement une incroyable énergie créatrice. Pas étonnant que tu attrapes un rhume. C’est la moindre des choses.

Il est très difficile de renverser les effets de la pensée négative lorsqu’ils ont pris une forme physique. (Conversations Avec Dieu volume 1 Page 102 Editions Ariane)."

Il suffit de le vouloir intensément semble-t-il: 

"Toute action entreprise par les êtres humains est fondée soit sur l'amour, soit sur la peur, et cela ne se limite pas aux relations personnelles. Les décisions qui affectent le commerce, l'industrie, la politique, la religion, l'éducation de vos jeunes, les programmes sociaux de vos pays, les objectifs économiques de votre société, les choix concernant la guerr, la paix, l'attaque, la défense, l'agression, la soumission, la décision de convoiter  ou de donner, d'épargtner ou de partager, d'unir ou de diviser, chacun des choix que tu fais librement, tout cela vient de l'une des deux seules pensées possibles : une pensée d'amour ou une pensée de peur.   

La peur est l'énergie qui contracte, referme, attire, court, cache, entasse et blesse.

L'amour est l'énergie qui s'étend, s'ouvre, envoie, reste, révèle, partage et guérit.

La peur enveloppe nos corps dans les vêtements, l'amour nous permet de rester nus.

La peur s'accroche et se cramponne à tout ce que nous avons, l'amour donne tout ce que nous avons.

La peur retient, l'amour chérit.

La peur empoigne, l'amour lâche prise.

La peur laisse de la rancœur, l'amour soulage.

La peur attaque, l'amour répare. "

"Les pensées enracinées dans la peur produiront telle sorte de manifestation sur le plan physique. Les pensées enracinées dans l'amour produiront telle autre sorte. Les maîtres sont ceux qui ont choisi l'amour. À chaque instant. À chaque moment. Dans toutes circonstances."

"Tu expérimenteras ce que tu crains le plus. La peur l'attirera à toi comme un aimant."

"La première loi , c'est que tu peux être, faire et avoir tout ce que tu imagines. La deuxième, c'est que tu attires ce que tu crains. L'émotion est la force qui attires. Ce que tu crains fortement, tu en feras l'expérience. Un animal (que tu considères comme une forme de vie inférieure, bien que les animaux agissent avec plus d'intégrité et de cohérence que les humains) sait immédiatement si tu as peur de lui. Les plantes (que tu considères comme une forme de vie encore plus inférieure) réagissent bien mieux à ceux qui les aiment qu'à ceux qui ne s'en soucient guère. Rien de cela n'est une coïncidence. Il n'y a aucune coïncidence dans l'univers : il n'y a qu'un grand dessein.

L'émotion est de l'énergie en mouvement. Quand tu fais bouger de l'énergie, tu crées un effet. Si tu fais bouger suffisamment d'énergie, tu crées de la matière. La matière est de l'énergie agglomérée, brassée, tassée. Si tu manipules de l'énergie suffisamment longtemps, d'une certaine façon, tu obtiens de la matière. Tout Maître comprend cette loi. C'est l'alchimie de l'univers. C'est le secret de toute une vie.

La pensée est de l'énergie pure. chaque pensée que tu as, que tu as jamais eue et que tu n'auras jamais, est créative. L'énergie de la pensée ne meurt jamais. Jamais. Elle quitte ton être, s'éloigne dans l'univers et s'étend à jamais. Une pensée est éternelle.

L'énergie attire de l'énergie semblable et forme (pour parler en termes simples) des "bouquets" d'énergie semblable. Lorsqu'un nombre suffisant de "bouquets" d'énergie semblable se croisent (se rencontrent), ils "collent" les uns aux autres (pour utiliser un autre terme simple). [...] tu devrais maintenant mieux comprendre comment les personnes d'esprit semblable peuvent travailler ensemble pour créer une réalité choisie. Bien entendu, lorsque des sociétés entières pensent d'une certaine façon, il se produit très souvent des choses étonnantes, qui ne sont pas toutes nécessairement désirables. Par exemple, très souvent (en fait, inévitablement) une société vivant dans la peur donne forme à ce qu'elle craint le plus.

De même, de grandes communautés et congrégations trouvent souvent un pouvoir miraculeux dans l'amalgame de la pensée ou dans ce que certaines personnes appellent la prière commune.

Et il doit être clairement établi que même les individus, si leur pensée (prière, espoir, souhait, rêve, peur) est extrêmement forte, peuvent, à eux seuls, produire de tels résultats. Jésus le faisait couramment. Il savait comment manipuler l'énergie et la matière, comment la réarranger, comment la redistribuer, comment la contrôler de façon absolue. Bien des Maîtres l'ont su. Beaucoup le savent, à présent. TU peux le savoir. Tout de suite.

À partir de l’adresse <http://www.au-coeur-de-soi.net/article-neale-donald-walsch-conversations-avec-dieu-99353988.html> ) 

L'Univers est-il cette machine qui répond automatiquement à nos désirs ou nos peurs intenses?
Le doute est permis ! 

On peut  tenir bien sûr de manière générale ce discours avec Pierre Pradervand qui a exercé, au cours d'une carrière de plus de trente ans, des métiers aussi divers que sociologue, journaliste, responsable de programmes de développement, consultant international et formateur d'adultes:

" Peut-être que la prise de conscience la plus fondamentale de l’existence est la suivante : nous créons notre propre réalité et façonnons notre corps même par nos attentes et nos pensées - et cela au-delà de tout ce que nous imaginons Tout dans nos vies est aussi réel que nous le rendons : tout ce que nous voyons et entendons, ce que nous ressentons même, n’est jamais une donnée « objective » et n’a aucune autre réalité que celle que nous lui accordons.

Dans notre existence, minute après minute nous avons le choix entre le OUI et le NON, se sentir victime ou exprimer notre responsabilité, entre la complainte et la gratitude. Je n’hésiterais pas à avancer que la gratitude est notre principal outil pour rester dans le positif. Impossible de ressentir en même temps une authentique gratitude et la plus petite parcelle de négativité, de complainte.

L’ univers veut notre bien au-delà de tout ce que nous aurions osé jamais imaginer. Un nombre croissant de penseurs soulignent que dans cet univers, la Source (l’Intelligence cosmique inouïe qui crée et dirige tout) conspire à chaque instant à notre bien, pour notre bonheur, pour nous faire progresser vers des horizons qui dépassent notre imagination. Alors comment ne pas ressentir une gratitude profonde pour cette assurance si forte qui permet de reposer dans la confiance que toutes choses - quelles qu’elles soient - concourent à chaque instant à notre bien ?" 

LA CONVICTION INTIME ET LA RÉDUCTION D’ETATS

Une chose est certaine : pour que le Ciel puisse nous être favorable, il faut avoir quitté le conditionnement du non-Amour, nous explique le physicien Philippe Guillemant. C’est une condition impérative et néanmoins difficile car il est cause souvent inconsciente de nos peurs, tristesses, colères, à l’origine de nos addictions, le mauvais génie de nos calculs, de nos intérêts, la source de nos négligences, fausses croyances, angoisses et attachements malheureux ; le feu couve en permanence, il suffit d’y jeter du bois pour le voir reprendre du vif. C’est le chaos ordinaire contre lequel notre égo tente au mieux de nous faire tirer notre épingle du jeu ; il est pourtant fondamentalement cause de souffrance et de destruction. Évidemment, mieux nous le saurons, mieux ce sera. Mais à en rester là le bilan serait un peu maigre ! Ce serait peut-être même encore de l’ajustement malheureux. La démarche de Philippe Guillemant nous invite à oser penser la « magie » de l’observateur-acteur-capteur de l’Univers pour aller plus loin. Parmi les éléments qui peuvent nous y aider, l’auteur mentionne un attachement particuliers à : l’amour, la liberté, l’intention, la raison, la vigilance, la foi, la confiance, le détachement ; ces attitudes d’ouverture à notre être intérieur, à notre Esprit-Âme sont de nature à favoriser la création et l’accomplissement. Notre libre arbitre, libéré de la pesanteur corps-conscience et de l’égo, acquiert la capacité de s’ouvrir au futur, à ce qui ne vient pas et ne dépend directement pas de nous-mêmes, mais dont nous savons parfaitement qu’il est agissant. Cette conviction intime se nourrit et s’alimente d’une vérification concrète faite à travers les retombées matérialisées par l’Univers à nos demandes, des retombées qui vont dépasser même en générosité nos attentes. Notre conviction intime va donc avoir une intensité et une amplitude que nous appelons l’Amour. L’intensité va concerner en priorité la manière dont nous pouvons quitter le non-Amour pour donner une pleine dimension à son au-delà symétrique, en privilégiant l’amour, la liberté, l’intention, la raison, la vigilance, la foi, la confiance, le détachement ; nous pouvons il est vrai – reconnaissons-le – leur donner plus ou moins d’importance. L’amplitude relèvera plutôt de notre Esprit-Âme. Ce terme désigne dans le domaine scientifique la distance entre des quantités, des positions ou des valeurs extrêmes. Ainsi – et par analogie – l’amplitude de l’Amour va se mesurer dans la distance entre nos désirs-souhaits-intentions déposés, recueillis par l’Esprit et ce que l’Âme va pouvoir matérialiser en réponse, là où c’est possible, sans violer le principe du libre arbitre des uns et des autres. 

Le présent peut être alors le résultat de deux mécanismes distincts : il peut émerger de notre passé en l’adaptation faite par l’égo de ce qui émerge en notre corps-esprit. Mais il peut aussi naître du futur comme mécanisme quantique de réduction d'états déclenché par une Conscience étendue, notre Conscience cosmique. Cette aide divine toutefois n’est pas entièrement de notre ressort : nous pouvons la présupposer, lui confier nos désirs, nos besoins de création, et d’accomplissement, nos pensées mais la réponse matérialisée viendra si notre environnement le permet. Toutefois, cela revient à postuler un temp transcendant. Or, comme l'a signalé Christian Magnan dans son livre intitulé « Et Newton croqua la pomme » :

« Au fond si elle daigne l'avouer, la science ne connaît pas le temps - transcendant, extérieur, parfait, établi, absolu - mais seulement l'instant - immanent, incarné, fini, fugitif, provisoire, relatif, fabriqué. » 

La Vie véritable se trouve donc de l’autre côté du miroir, derrière ce que nous ne pouvons pas voir mais seulement deviner, souvent confusément ; elle se trouve aussi en ce que nous ne pouvons conquérir par nos seules forces ou notre seule intelligence ! On ne peut en vérité que la recevoir la vie véritable ! C’est évidemment dur à avaler pour notre égo ! Peut-on au moins déclencher une réponse favorable de l’Univers ? Faire naître du futur certaines choses –  la guérison de traumatismes par exemple - comme mécanisme quantique de réduction d'états déclenché par notre Conscience cosmique ?

Je ne peux ici que dire prudemment : oui si les conditions réelles sont réunies et si l’environnement immédiat le permet. En d’autres termes, cela revient à poser ce lien qui doit être pur entre la conviction intime et la réduction d’états. Sans ce lien particulier, tout est vain. Se convaincre qu’on va mieux de jour en jour, qu’on se guérit par la force de nos pensées positives, est certes sympathique – et bénéfique à tout prendre - mais probablement pas très efficace. Quand le New Age nous encourage à remanier notre éducation rigide imposée en renouant sans tarder avec les forces de la nature, quand il nous invite à modifier notre programmation nuisible par des visualisations créatrices qui nous donneront le pouvoir de la création, et par conséquent celui de choisir en toute conscience ce que nous souhaitons vivre, il nous mène probablement en bateau ! Ce n’est pas en notre  pouvoir, car ne l’oublions pas, il faut que le Ciel s’en mêle. Il se peut bien sûr, qu’à force de répéter des visualisations heureuses et positives, la personne atteigne ce point de lâcher-prise et de détachement confiant à même de permettre à son être intérieur de déclencher une réponse favorable de l’Univers. Mais nous n’avons pas un pouvoir inné qui nous permettrait de créer ce que nous désirons : amour, abondance, relations heureuses, travail gratifiant, santé et beauté, paix et harmonie intérieure, succès et bonne fortune. Nous avons en revanche en notre Conscience cosmique un puissant allié.  Heureusement, certains maîtres New Age ont tout de même la décence de signaler que la visualisation créative ne permet pas de changer une autre personne contre son gré ou qu’il faut l’utiliser pour de bonnes causes ! Ils nous conseillent de ne pas tant chercher à comprendre comment cela se passe, car il vaut mieux laisser l’intelligence universelle se charger de la réalisation de nos demandes. De tels conseils ne font qu’alimenter le supermarché de l’illumination intérieure opaque par définition et allergique à toute critique rationnelle. Pourtant, il y a fort à parier que nombre de ces demandes adressées au Ciel ressortent de désirs et besoins d’épanouissements narcissiques ancrés dans l’égo de l’enfant roi à qui tout est dû…

Cela devait être dit sans volonté d’agresser ni de blesser qui que ce soit.

Et du côté de la réalité supposée, que faut-il prendre en compte ?

« Le libre-arbitre est seulement un phénomène local. Localement, vous avez votre libre-arbitre ; vous pouvez interpréter les choses autour de vous comme vous le voulez. Mais, il existe aussi des échelles plus grandes que la vôtre qui font la même chose. Et vous êtes influencé par ces plus grandes échelles de la création. Si vous vous écartez trop de votre chemin, ces plus grandes échelles vont faire en sorte que vous y reveniez. Car il existe un système de « sauvegarde » de l’univers. Pour que les choses puissent toujours aller vers plus de cohérence et pour empêcher qu’une chose puisse tout à coup tout détruire.

Imaginons que vous croyiez en la réincarnation ; vous vous tirez une balle dans le pied, ça fait mal, vous en mourrez… peu importe. Vous revenez, vous le refaites encore… damn ! Je l’ai encore fait ! Ok. Vous revenez. A un moment donné, vous comprenez que vous tirer une balle dans le pied n’est pas le meilleur moyen pour être heureux. L’univers vous amènera toujours vers plus de cohérence.

Et en fait on peut même le voir dans nos équations. Peu importe que notre physique s’éloigne de plus en plus de la réalité, qu’il faille ajouter un nombre infini de dimensions, à la fin, nous ne pouvons pas nous séparer de la vérité. Car la vérité est là. Même si on ne la comprend pas. Même si elle n’est pas complète dans nos équations. Le mécanisme de l’univers nous amène toujours vers plus de cohérence. » Source: RSF.

Les vibrations d'un point particulier de l'espace-temps se propage toujours de la même façon ; en forme de doubles spirales opposées liées au ratio de Phi (comme les spirales parastiches des plantes).
Chaque champ électromagnétique a sa propre fréquence créant des formes différentes avec des couleurs différentes.

Le champ est composé d’une INFINITE d’échelles (de taille) ; ces échelles sont en résonance fractales et harmoniques. C’est à dire que l’échelle de Planck, puis des protons, puis de nos cellules, du corps, planètes, galaxies, etc. doivent être en résonances harmoniques.

L’état d’harmonie ou de disharmonie (résonance harmonique ou non) entre deux types de corps de ce champ (deux échelles ou deux corps de la même échelle) peut être bénéfique ou négatif. L’harmonie/ l’équilibre d’un corps humain (avec ses milliards de cellules et ses milliards d’atomes) est à la fois naturel et fragile, le déséquilibre pouvant provoquer un dysfonctionnement d’un certain type de corps comme les cellules. La communication entre cellules par exemple est extrêmement importante pour entretenir cet équilibre; ça peut être une anomalie de conscience (croyance fausse) qui déséquilibre l’équilibre chimique-cellulaire de notre biologie (Olivier RSF).

Le cercle au milieu peut symboliser une personne, le "Christ" si vous voulez, entouré de ses 12 apôtres. Nassim Haramein enseigne que nous sommes tous au centre de notre propre univers et que l'univers est infini. "Nous", c'est-à-dire ce cercle au milieu, ou cette sphère si vous vous la représentez en 3D, ou cette sphère tournante si vous vous la représentez en 4D, etc.

Les sphères ou bulles sont des petits mondes (microcosmes) qui s'intègrent dans de plus grands mondes (macrocosmes). Elles servent à créer une "identité", à séparer et contenir une mémoire agglomérée commune. Sans ces bulles, personne n'existerait...

Le schéma de la fleur de vie permet de se rapprocher de ce qu'on appelle "loi d'attraction", de ce qui n'est pas vain justement : la petite bulle au milieu (= vous) attire (et crée et rejette) ce qu'il y a autour d'elle." Vous pouvez aussi comprendre - nous dit Nassim Haramein - qu'en fonction de votre chemin, de vos pensées, de vos valeurs, de vos émotions, vous attirerez forcément autour de vous d'autres personnes qui sont sur le même chemin, qui ont des pensées, valeurs et émotions similaires... Ce n'est qu'en décidant de vous soigner que vous soignerez le monde autour de vous, d'abord votre monde immédiat, puis un monde plus large, et ainsi de suite. C'est une erreur de vouloir guérir le monde des fléaux qui l'habitent puisqu'en vous concentrant dessus, vous vous y attachez davantage... Si vous voulez vivre dans un monde libre, de paix, d'amour, de joie et de bonheur, alors faites-le déjà en vous, puis dans votre entourage immédiat, et ainsi de suite. La plus petite colère en vous participe aux traumatismes planétaires; la plus petite dose d'amour en vous participe à l'harmonie de la planète et de tous les êtres vivants qui y vivent."

Alors choisissons en pleine conscience le monde dans lequel nous voulons vivre, ce qui n'est pas vain, violent, futile ou mesquin! Nos choix, nos pensées, nos valeurs, nos émotions, nos convictions intimes surtout, tout est en lien avec la Singularité, ce qui attire, crée ou rejette. Il s'agit de reconnaître et d'expérimenter qu'il y a là quelque chose de plus grand que soi-même, une transcendance, une évolution et une harmonie cosmique en construction.

Nous sommes cette petite bulle au milieu de la fleur de vie, notre propre univers, en lien avec Tout, l'univers infini. Il n'y a pas de quoi pavoiser puisque c'est offert à tous! Cela ne nous met pas à l'abri du malheur, ce n'est pas une protection magique ou infaillible, car la liberté de mal faire et de mal agir demeure une réalité humaine. Mais c'est une manière sensée d'aborder humblement la Vie, d'en faire l'expérience différemment.

Peut-on encore se référer à une religion ou faut-il uniquement parler de spiritualité ?